"Charlie Hebdo" : la protection de Charb en question

le
0
Un mois après l'attaque de la rédaction de Charlie Hebdo, deux policiers stationnent rue Nicolas-Appert, devant le siège de la rédaction.
Un mois après l'attaque de la rédaction de Charlie Hebdo, deux policiers stationnent rue Nicolas-Appert, devant le siège de la rédaction.

Sept semaines après l'attaque de la rédaction de l'hebdomadaire, la question de sa protection policière, et singulièrement celle de Charb, revient en une de l'actualité. C'est RTL qui explique ce mercredi 25 février, jour où le 2e numéro post-attentats de Charlie Hebdo est en kiosque, que deux policiers étaient chargés d'escorter le dessinateur menacé. Or, selon les informations obtenues par la radio, l'un d'entre eux était absent le 7 janvier, quand les frères Kouachi ont fait irruption dans les locaux de la rue Nicolas-Appert. Il était parti faire une course, laissant son collègue Franck Brinsolaro seul. Ce dernier a été abattu par les tueurs.

Ce n'est pas tout. Selon les sources de RTL, même s'ils avaient été deux ce jour-là, ce dispositif n'aurait sans doute pas été suffisant. Deux policiers, "ce n'est pas une protection, mais un simple accompagnement", souligne la radio. Le dispositif de protection de Charb se composait initialement de quatre hommes. Mais il avait été allégé. Selon RTL, ce sont huit hommes qu'il aurait fallu prévoir pour assurer cette surveillance de manière efficace. Il aurait également été nécessaire de sécuriser les lieux par des travaux d'aménagement. Mais ceux-ci n'avaient pu être entrepris faute d'argent.

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant