"Charlie Hebdo" : l'immense désarroi de la veuve de Saïd Kouachi

le
0
Cherif Kouachi (gauche) et son frère, de deux ans son aîné, Saïd Kouachi (droite).
Cherif Kouachi (gauche) et son frère, de deux ans son aîné, Saïd Kouachi (droite).

Cela fait un an qu'elle essaye de comprendre. En vain. Soumya Kouachi, la veuve de Saïd - auteur de l'attaque qui a frappé Charlie Hebdo le 7 janvier 2014 -, refuse toujours de répondre aux questions des journalistes. C'est son avocat Me Antoine Flasaquier qui parle pour elle et raconte au Figaro

son quotidien depuis qu'elle a appris que son mari était un terroriste. À l'annonce de cette nouvelle, elle s'était d'ailleurs murée dans le silence face aux enquêteurs. Pour elle, il ne pouvait s'agir que d'une erreur. Jamais elle n'aurait pu imaginer le père de son enfant capable d'un tel massacre. Depuis, aucune charge n'a été retenue contre elle.

La veuve de 30 ans qui élève seule son petit garçon âgé de 3 ans vit alors un impossible deuil. Elle n'a pas vu le corps de son mari, n'a pu assister à l'enterrement, ne sait pas où est sa tombe (l'emplacement a été tenu secret pour éviter qu'elle ne devienne un point de ralliement). « Un jour, elle m'a même appelé pour me demander : Vous êtes sûr que Saïd est mort ? J'ai dû lui répondre que j'en étais certain », raconte Me Flasaquier.

Quand Soumya Kouachi parlait à son mari, jamais une quelconque forme de prosélytisme, de soutien à Daech ou d'attrait quant à la situation en Syrie ne transparaît : « Elle a essayé de comprendre. Elle a cherché les signes avant-coureurs qui auraient pu la mettre sur la voie. Mais elle n'a trouvé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant