Charlie Hebdo : face à la polémique, le FN se dit exclu de la marche républicaine

le
1
Charlie Hebdo : face à la polémique, le FN se dit exclu de la marche républicaine
Charlie Hebdo : face à la polémique, le FN se dit exclu de la marche républicaine

Où s'arrêtent les frontières de l'unité nationale? L'apaisement de ces jours de deuil a volé en éclat à mesure qu'enflait la polémique sur la participation du Front national à la la marche républicaine en hommage aux victimes de l'attentat qui a frappé Charlie Hebdo. Le FN ne pourra pas participer pas à l'initiative lancée mercredi par la gauche, a tranché ce jeudi Marine Le Pen, pour mieux dénoncer «l'exclusion» de son parti.

«Il n'y a plus d'union nationale, elle a disparu de leur fait», accuse-t-elle, estimant qu'exclure «un parti qui représente 25% des Français transforme cette union nationale en une vaste escroquerie politicienne». «Les choses sont claires. Ils déclarent» que le FN n'est pas le bienvenu «à l'issue d'une réunion, où ont été invités l'ensemble des partis politiques sauf le FN», tonne la patronne du Front national. 

De fait, la première place décrochée par les frontistes aux européennes de mai pose une problématique inédite aux différents partis politiques qui se sont réunis ce jeudi pour organiser le rassemblement prévu dimanche à Paris. Ce qui est en jeu, selon Jérôme Sainte-Marie de l'institut CSA, c'est bien «l'adoubement républicain du FN». Résultat, alors que le chef de l'Etat, François Hollande, estime que «le rassemblement de tous doit être notre réponse», plusieurs responsables politiques jugent que ce «tous» ne doit pas inclure le Front national. Et ce, même si Marine Le Pen avait participé à la cérémonie en hommage aux victimes de Mohamed Merah en 2012. 

A l'inverse, les frontistes, leur présidente en tête, crient à l'ostracisme. «Si c'est une union nationale où on exclut 25% des Français, ce n'est plus une union, c'est une association de partis du système», tempête Marine Le Pen. Marion Maréchal-Le Pen, qui «attend que (son) téléphone sonne», a été la première à sonner la charge sur notre site. Selon elle, ne pas inviter son parti ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • C177571 le jeudi 8 jan 2015 à 18:53

    marine se frotte les mains de cette décision ridicule,surtout quand on appelle à l'unité.