"Charlie Hebdo" : Charb, génial et féroce satiriste

le
0
Charb pose en 2012 avec une une de Charlie, Les Intouchables, qui lui avait valu des menaces de mort.
Charb pose en 2012 avec une une de Charlie, Les Intouchables, qui lui avait valu des menaces de mort.

Dessinateur engagé dès son plus jeune âge, Charb, qui est mort mercredi dans l'attaque contre Charlie Hebdo qu'il dirigeait depuis 2009, a toujours pratiqué un humour militant et corrosif et disait ne craindre personne. "À Charlie Hebdo, on n'a pas l'impression d'égorger quelqu'un avec un feutre", disait Charb en évoquant la façon dont le journal satirique abordait la question de l'islam. "Depuis qu'on fait Charlie Hebdo, on a toujours vécu avec des menaces. Les gens qui menacent sont ultras minoritaires et ceux qui passent à l'action sont encore plus minoritaires", avait-il déclaré en 2012 après l'interpellation d'un homme soupçonné d'avoir appelé à le décapiter sur un site djihadiste. Né le 21 août 1967 à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Stéphane Charbonnier, dit Charb, "avait appris à dessiner pendant les cours de maths, et, bon an mal an, fini par être un peu moins nul en dessin qu'en maths", selon son éditeur Casterman. Son irrévérence, il la manifeste dès l'adolescence en publiant ses premiers dessins dans le journal du collège à Pontoise. Il dessinera ensuite pour les Nouvelles du Val-d'Oise, l'hebdomadaire local, tout en préparant le Bac. "Il avait 18 ans et il était déjà génial et féroce à la fois", raconte Jean-François Guyot, aujourd'hui journaliste à l'AFP, qui a connu Charb à la fin des années 80 aux Nouvelles du Val-d'Oise. "Il n'avait pas de limite dans l'irrévérence, il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant