"Charlie Hebdo" : Charb, Cabu, Tignous et Wolinski morts dans la fusillade

le
1
Les dessinateurs (de gauche à droite) Cabu, Charb, Tignous et Wolinski, tous décédés dans la fusillade de Charlie Hebdo.
Les dessinateurs (de gauche à droite) Cabu, Charb, Tignous et Wolinski, tous décédés dans la fusillade de Charlie Hebdo.

Les dessinateurs Charb, Cabu, Tignous et Wolinski, ainsi que le journaliste Bernard Maris, ont été tués dans l'attentat perpétré mercredi contre Charlie Hebdo. >> Lire aussi Charlie Hebdo : que sait-on des agresseurs ?Charb, né en 1967 à Conflans-Sainte-Honorine, avait fait ses armes de dessinateur à Charlie Hebdo, relancé au début des années 1990 par Philippe Val. En 2009, après le départ de ce dernier, il avait pris la direction de la publication. Cabu, 76 ans, s'était fait un nom en créant, pour Pilote, le personnage du "grand Duduche" avant de rejoindre Hara-Kiri, l'ancêtre de Charlie Hebdo lancé dans les années soixante. Wolinski, 80 ans, était lui aussi un ancien d'Hara-Kiri, et lui aussi l'un des maîtres du dessin satirique. Tignous, qui collaborait également à Marianne et à Fluide Glacial, était âgé de 57 ans.Le journaliste Bernard Maris, 68 ans, a également été abattu. Cofondateur de Charlie Hebdo, il en avait été le directeur adjoint jusqu'en 2008 et continuait d'y publier, souvent sous le pseudonyme d'"Oncle Bernard"."Je préfère mourir debout" (Charb)Le dernier numéro de l'hebdomadaire Charlie Hebdo faisait sa une sur Michel Houellebecq, dont le sixième roman, Soumission, qui met en scène une France islamisée, fait polémique depuis plusieurs jours. Charb y publiait notamment un dessin terriblement prémonitoire sous le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mercredi 7 jan 2015 à 16:07

    Toute la presse se devrait de publier en première page la caricature de Mahomet publier par Charlie hebdo, pour montrer aux barbares que les français n'ont pas peur et que cet attentat à l'effet contraire de ce pourquoi il a été perpétré.