Charlene a dit «oui» avec un sourire resplendissant

le
0
Vendredi à 17 heures, dans la salle du Trône du palais princier, le prince Albert et Charlene Wittstock ont été unis devant la loi.

Un ciel de carte postale, un décor d'opérette. À la terrasse d'un café, une serveuse en robe rouge poursuit des pigeons à l'aide d'un pulvérisateur d'eau ; posés comme des bourdons, des yachts se dandinent sur la mer. L'un d'eux, le Christina O, fut celui d'Aristote Onassis. Du port Hercule s'échappent les accords du show dont Jean-Michel Jarre gratifiera le Rocher lorsque la nuit sera tombée. On attend plus de 100 000 personnes. Un groupe de fans est venu du Brésil ; une jeune fille a la peau si rouge d'avoir attendu son idole sous le soleil qu'on la croirait indienne.

Il ne faut pas sous-estimer l'émotion qui saisit le peuple monégasque. Son c½ur palpite. Après tout, c'est son histoire qui se joue. La monarchie n'est peut-être pas le plus égalitaire des régimes, mais il est celui qui fait le mieux rêver. Il a le goût du merveilleux. En milieu d'après-midi, des milliers de personnes convergent vers la place du Palais pour assister à l'union civile de leur

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant