Charges de copropriété : Paris fait la course en tête

le
0

Les copropriétaires parisiens paient en moyenne 2992,82 euros de charges de copropriété par appartement et par an, selon la Fnaim. Soit entre 9 et 20% de plus que dans les autres départements de l'Île de France.

Être propriétaire de son logement à Paris coûte cher. Outre le prix d'achat exhorbitant, il faut aussi compter avec des charges de copropriété élevées. En 2013, elles s'élevaient en moyenne à 29,10 euros le m2 assuré dans la capitale, selon l'Observatoire des charges de copropriété du Grand Paris mis en place par la Fnaim, publié ce mercredi. Celui-ci a passé en revue les charges payées dans 9352 immeubles implantés à Paris (1) et dans les départements d'Île de France (92, 93, 94, 78, 91, 95), soit 297.284 appartements (lots) au total.

Résultat, dans la capitale, les copropriétaires ont payé en moyenne en 2013, quelque 2292,82 euros de charges par appartement. Soit 5% de plus qu'en 2012 si l'on se réfère à la première étude de l'Observatoire (2190 euros par lot). «Mais, cette comparaison est trompeuse car depuis l'an dernier, nous avons modifié et élargi notre échantillon de copropriétés», explique Gilles Ricour de Bourgies, président de la Fnaim du Grand Paris.

Dans le détail, en 2013, le chauffage collectif, présent dans environ 30% des logements, est le poste de dépenses le plus élevé (489,43 euros). «Les immeubles anciens sont les moins biens isolés et ils sont difficilement isolables», analyse Pierre Hervé Léturmy, secrétaire général de la Fnaim. Les immeubles anciens sont légions à Paris: plus de 60% du parc a été construit avant 1918 et seulement 18% après 1960... Le poste salaires (gardiens....) arrive en deuxième position (383,2 euros). Il est bien plus élevé que dans le reste de l'Île de France. Viennent ensuite, les dépenses d'eau (246 euros), d'assurances (188,3 euros), les honoraires des syndics (164 euros auxquels s'ajoutent 52,28 euros d'autres honoraires) et les ascenseurs (150,61 euros). La rubrique divers, regroupant, des charges exceptionnelles, les travaux, impôts, EDF, taxes, nettoyage des locaux etc... pèsent tout de même 613 euros.

Plus on s'éloigne de Paris, plus le montant des charges baisse

Dès qu'on franchit le périphérique, le coût des charges diminue. En petite Couronne, les copropriétaires paient en moyenne entre 9 et 12% de charges en moins qu'à Paris, selon la Fnaim. Dans les Hauts-de-Seine (92), il faut compter 2093 euros de charges par appartement et par an en moyenne ; 2078 euros dans le-Val-de Marne (94) et 2016 euros en Seine-Saint-Denis (93). Dans ces trois départements, le poste chauffage collectif, dans les immeubles qui en sont dotés, est aussi le plus élevé, suivi cette fois par l'eau et les salaires.

Plus on s'éloigne de la capitale et plus le montant des charges baisse. En Grande Couronne, la facture des copropriétaires est ainsi entre 15 et 21% moins élevée qu'à Paris. Dans le Val d'Oise (95), il faut compter en moyenne 1951 euros de charges par appartement tous les ans ; la note descend à 1890 euros dans les Yvelines (78) et 1810,16 euros dans l'Essonne. «Si le chauffage collectif reste le poste principal de dépenses, l'eau et les salaires se disputent la place de second», note l'étude.

Avec la crise, les charges pèsent de plus en plus sur le budget des ménages. «Depuis un an et demi, nous constatons une hausse des impayés», explique d'ailleurs Gilles Ricour de Bourgies. La Fnaim, compte étoffer son importante base de données, afin de publier tous les six mois un Observatoire des charges de copropriété. En 2015, elle créera un indice des charges de copropriété du Grand Paris.

(1). L'échantillon sur Paris représente 15,4% des appartements.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant