Charges anti-Allemagne : le PS toujours divisé

le
0
Charges anti-Allemagne : le PS toujours divisé
Charges anti-Allemagne : le PS toujours divisé

«Les socialistes doivent être loyaux.» Avec ces mots, Manuel Valls a tenté de rassembler la majorité ce dimanche dans nos colonnes. Mais visiblement, le ministre de l'Intérieur n'a pas été entendu par son camp. Depuis vendredi, plusieurs ministres et parlementaires se déchirent en effet sur l'attitude à adopter face à l'Allemagne et les consignes d'austérité de la chancelière Angela Merkel.

A la base de la discorde, des déclarations de Claude Bartolone, qui estime qu'il faut envisager une «confrontation» pour obtenir un infléchissement de la politique d'austérité et de rigueur budgétaire prônée par l'Allemagne. Ces propos du président de l'Assemblée nationale ont été suivis vendredi par les fuites dans la presse d'un projet de texte du PS, indépendant de l'action du gouvernement, qui qualifie la dirigeante allemande de «chancelière de l'austérité» et appelle à la «bataille de la réorientation».

Une aubaine pour l'UMP qui pointe, une nouvelle fois, la dégradation de la relation franco-allemande et le risque de germanophobie.

Ayrault, Sapin et Valls tentent d'éteindre l'incendie

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a bien tenté samedi de calmer le jeu en twittant des messages à la fois en français et en allemand et en faisant savoir qu'il avait exigé la suppression des passages les plus virulents du texte. Ce dimanche matin encore, le ministre du Travail Michel Sapin essayait à son tour d'éteindre l'incendie : «Le terme de confrontation est totalement inapproprié, inadapté. C'est-même un contre-sens dans la relation entre la France et l'Allemagne. Il ne s'agit pas de se confronter avec un pays, ce qui ramènerait aux pires images du passé. Il s'agit encore moins de se confronter avec une personnalité, Angela Merkel. Il s'agit de débattre en Europe, à 27, de la meilleure politique possible pour faire en sorte que toute l'Europe retrouve de la croissance. C'est une erreur de mot et de...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant