"Charge mentale" : le ras-le-bol des femmes

le
0
Fallait demander d'Emma.
Fallait demander d'Emma.

Ranger la table du salon, remplir le frigo, vider le lave-vaisselle, signer les cahiers des enfants, préparer leur sac de sport et leur goûter, déclarer le salaire de l'aide à domicile, trouver une solution de garde pour les enfants le lendemain soir? Il ne s'agit pas seulement d'effectuer ses tâches, il faut aussi y penser, les anticiper, planifier et surtout ne pas en oublier. Dans le couple, c'est une mission le plus souvent assumée par la femme. Et si, d'aventure, elle se plaint de ne pas avoir reçu d'aide pour lancer une lessive, la réponse sera souvent : « Pourquoi ne me l'as-tu pas demandé ? »

Certains soupireront, voyant dans cette anecdote les soubresauts d'une rengaine féministe classique, alors même que les tâches domestiques sont de plus en plus partagées au sein du couple. Et pourtant, l'annexion d'une partie du cerveau féminin par ces « to-do lists » géantes porte un nom qui était encore inconnu il y a deux jours à peine pour de nombreuses femmes : la « charge mentale ».

Du partage des tâches domestiques

C'est une bande dessinée qui a mis le feu aux poudres. Publiées sur la page Facebook de son auteur, Emma, les planches regroupées sous le titre Fallait demander ont rencontré un écho énorme sur les réseaux sociaux. L'auteur a visé juste en dénonçant cette « charge mentale » qui pèse sur le quotidien des femmes. « Pour moi, l'existence de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant