Chapecoense, fin tragique

le
0
Chapecoense, fin tragique
Chapecoense, fin tragique

Chapecoense vivait la plus belle année de sa courte histoire. Une série d'exploits avait porté ce petit club de Santa Catarina jusqu'à la finale de la Sudamericana, qui devait débuter demain soir, à Medellin. Mais l'avion qui transportait l'équipe s'est écrasé à cinquante kilomètres de l'arrivée. Il n'y a que cinq survivants.

C'était la belle histoire brésilienne de l'année. Chapecoense, un club sorti de nulle part : fondé en 1973 dans la ville de Chapeco, à l'ouest de l'Etat de Santa Catarina, encore en Serie D en 2009, promu en Serie A en 2014, qualifié pour la deuxième année consécutive pour la Sudamericana, l'Europa league d'Amérique du Sud. Et l'aventure continue : élimination de deux poids lourds argentins, l'Independiente de Gaby Milito (huitième) et San Lorenzo (demi-finale), et des Colombiens de Junior de Barranquilla (quart), pour se glisser jusqu'en finale. Avant-hier, l'équipe dans laquelle a débuté Vitorino Hilton s'inclinait 1-0 avec ses remplaçants dans la folie de l'Arena Palmeiras, où le club du même nom de Sao Paulo était sacré champion du Brésil. Hier soir, à 22h34 heure de Bogota, l'avion CP2933 de la compagnie vénézuélienne LAMIA, qui transportait l'équipe, se crashait dans la localité de Cerro Gordo, à une cinquantaine de kilomètres de Medellin, sa destination finale. Demain soir, le match aller de la finale face à l'Atletico Nacional devait avoir lieu devant 45 000 personnes, à l'Atanasio Girardot. "On était comme une famille qui vivait en harmonie, a réagi Plinio de Nês, dirigeant historique du club. Avant d'embarquer, les gars disaient qu'ils voulaient faire de ce rêve une réalité. Ce rêve s'est terminé cette nuit."

"Une immense tragédie "


Le bilan provisoire : 76 morts (joueurs, staff, équipage, journalistes, invités) et cinq survivants, dont les joueurs Neto, Follmann et Ruschel. L'épouse de ce dernier, le premier à être évacué, a été l'une des premières à informer sur les réseaux sociaux : "Grâce à Dieu, Alan est à l'hôpital, dans un état stable. Nous prions pour tous ceux qui n'ont pas encore pu être secourrus. Une situation dificile. Seul Dieu peut nous donner de la force. Merci Dieu." Malgré un climat hostile, qui a empêché les hélicoptères d'intervenir dans la nuit, six personnes encore en vie (l'avion, coupé en trois, n'a pas explosé) ont pu être transportées dans les hôpitaux locaux. Une d'entre elles est décédée sur le chemin. "On

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant