Chantiers navals STX de Saint-Nazaire : quatre candidats à la reprise

le
0
Chantiers navals STX de Saint-Nazaire : quatre candidats à la reprise
Chantiers navals STX de Saint-Nazaire : quatre candidats à la reprise

Quatre sociétés sont candidates au rachat du groupe sud-coréen en difficulté STX Offshore and Shipbuilding, a annoncé vendredi la justice sud-coréenne. Parmi ces potentiels repreneurs, les médias locaux évoquent l'intérêt de trois groupes européens.

 

Un porte-parole du tribunal de commerce de Séoul s'est refusé à citer le nom des candidats au rachat du sud-coréen, mis en vente en même temps que sa florissante filiale française, les chantiers navals de Saint-Nazaire. Il n'a pas non plus précisé ce qu'ils voulaient racheter exactement: la justice sud-coréenne a offert aux repreneurs la possibilité d'acheter les deux sociétés séparément ou en bloc. Le fleuron français est la seule unité rentable de STX Offshore & Shipbuilding, qui a demandé en mai son placement en redressement judiciaire.

 

D'après le Seoul Economic Daily, qui cite des sources proches du secteur, le néerlandais Damen, l'italien Fincantieri et le groupe naval français DCNS sont sur les rangs. STX Offshore possède les deux tiers de STX France depuis 2008, le tiers restant étant aux mains de l'Etat français. Les banques créancières de STX Offshore et autres parties intéressées doivent se retrouver le 11 novembre pour donner leur feu vert au projet de réhabilitation du groupe. En cas de rejet, STX risque la liquidation.

 

Un carnet de commandes très bien rempli pour STX France

 

STX Offshore & Shipbuilding se débat depuis des années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande mondiale en berne. STX France, qui compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants, est lui en pleine forme. L'entreprise dispose d'un carnet de commandes très bien rempli, avec 14 paquebots de croisière à construire d'ici 2026 pour deux gros clients, l'italo-suisse MSC Croisières et l'américain Royal Caribbean. C'est d'ailleurs pour ce dernier client que les chantiers navals avaient livré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant