Chantier du Center Parcs suspendu en Isère : «Un projet du passé» selon Placé (EELV)

le
1
Chantier du Center Parcs suspendu en Isère : «Un projet du passé» selon Placé (EELV)
Chantier du Center Parcs suspendu en Isère : «Un projet du passé» selon Placé (EELV)

La suspension, mardi, par la justice de la construction du Center Parcs de Roybon, en Isère, a déjà suscité quelques réactions. La décision du tribunal administratif de Grenoble qui a suspendu une partie des autorisations préfectorales, à cause d'une incompatibilité avec la loi sur l'eau, a notamment ravi Jean-Vincent Placé. Invité ce mercredi matin sur Europe 1, le sénateur écologiste n'a pas mâché ses mots, indiquant qu'il s'agissait d'un projet «nuisible à l'environnement, à la nature».

Le sénateur écologiste a également pointé le modèle économique qui selon lui est discutable. «Ce n'est pas un investisseur privé, dit Jean-Vincent placé. C'est un modèle de défiscalisation massive que l'on propose aux futurs propriétaires des bungalows. Ensuite, Pierre et Vacances loue directement. C'est du mauvais capitalisme». Quant aux 700 emplois créés sur le site, Jean-Vincent Placé s'interroge déjà sur leur financement : «Certains camarades écologistes ont estimé à 250.000 euros l'emploi. Moi, je suis arrivé à 150.000, mais quand même ! souligne t-il. Vous vous rendez compte ? C'est vraiment le modèle économique du passé. Avec autant d'argent, autant faire la promotion d'un autre tourisme, plus intelligent et plus respectueux de l'environnement.»

VIDEO. Center Parcs de Roybon : «Un projet du passé», pour Jean-Vincent Placé

Interrogé sur France Inter, le maire EELV de Grenoble, ville proche de Roybon, Eric Piolle estime que «ce que dit la justice aujourd'hui, c'est qu'il faut revenir vers un débat, la Commission nationale du débat public». Le maire de Grenoble, qualifiant le projet de «préhistorique», a ajouté qu'il  fallait «revenir également sur le respect de la loi sur l'eau comme l'avait d'ailleurs dit l'enquête publique cet été qui avait donné un avis négatif».

Quant aux 700 emplois prévus par le projet, Eric Piolle a répondu juge avant tout «important de porter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2091786 le mercredi 24 déc 2014 à 11:50

    Si Placé était un expert en économie, cela se saurait