Changes-Le marché se dote d'un code pour surmonter les scandales

le
0
    par Patrick Graham 
    LONDRES, 26 mai (Reuters) - Le premier code de déontologie 
global du marché des changes, présenté jeudi, interdit notamment 
aux opérateurs de répandre de fausses rumeurs ou de mentir dans 
le cadre de nouvelles règles destinées à rétablir la confiance 
dans le plus grand marché financier mondial, secoué ces 
dernières années par un scandale de manipulations de cours. 
    Le document, inspiré de codes régionaux existants, est en 
grande partie consacré à la manière dont les banques doivent 
traiter les ordres de leurs clients et aux informations que les 
acteurs du marché peuvent ou non partager entre eux. 
    Sur ces seules questions, il comprend des dizaines 
d'instructions regroupées sous 11 grands "principes" complétées 
par une volumineuse annexe contenant des exemples concrets de 
formulations appropriées ou pas pour parler des mouvements de 
marché. 
    La question de la manière dont le respect du code sera 
assuré et celle des éventuelles sanctions en cas de violation 
sont toutefois renvoyées à des travaux prévus l'année prochaine. 
L'examen des problèmes liés aux transactions électroniques à 
haute fréquence, qui se sont fortement développées au cours des 
dix dernières années, a aussi été renvoyé à plus tard. 
    Le code est l'une des réponses apportées par les acteurs du 
marché et leurs régulateurs aux accusations de manipulation de 
cours et d'utilisation abusive d'informations confidentielles 
sur les ordres de la clientèle, qui ont abouti à la fin de 
l'année dernière à des amendes de près de 10 milliards de 
dollars infligées à sept des principales banques mondiales. 
     
    DES TRADERS DISENT AVOIR PEUR DE PARLER 
    "Le marché des changes a souffert d'un manque de confiance", 
a dit le vice-gouverneur de la banque centrale australienne Guy 
Debelle, à la tête depuis juillet dernier du groupe de travail 
de 21 banques centrales consacré à l'élaboration du code. "Le 
marché doit rétablir cette confiance", a-t-il déclaré à des 
journalistes lors d'une téléconférence. 
    L'échange d'informations confidentielles entre traders sur 
le marché des changes dans le cadre de forums électroniques 
dédiés baptisés "Le Cartel" ou "Le Club des bandits", tout 
particulièrement sur les taux de change de référence, était au 
coeur du scandale. 
    En plus des amendes payées par les banques, des dizaines de 
traders ont été mis à pied ou licenciés et le fonctionnement du 
fixing quotidien des taux de change de référence a été refondu. 
    De nombreux traders disent aujourd'hui que la peur de parler 
librement sur le marché a accru les risques et découragé la 
spéculation, qui facilitait l'exécution d'ordres importants sans 
accroître la volatilité des cours. 
    Le code stipule ainsi que les informations contenues dans 
les notes de recherche des banques ne peuvent être partagées 
entre les intervenants qu'après avoir été rendues publiques et 
que celles concernant les ordres de la clientèle ne peuvent être 
échangées qu'avec doigté et uniquement s'il existe un "motif 
valable" pour le faire.  
     
    LA "TONALITÉ DU MARCHÉ" DIFFICILE À ENCADRER 
    Le sujet le plus flou en matière d'échange d'informations 
concerne la "tonalité du marché", un concept dont des traders 
disent qu'il consistait dans le passé, pour les banques et leurs 
clients, à dévoiler les détails d'ordres spécifiques qui 
faisaient décaler des devises à un moment donné.  
    Le fait que des dirigeants de banques et même des 
représentants de la Banque d'Angleterre aient pu fermer les yeux 
sur de telles pratiques figure parmi les zones d'ombre de 
l'enquête sur les manipulations de cours et nombre de traders 
mis en cause l'ont mis en avant pour leur défense.  
    Le code dit que la recherche et le partage d'éléments sur la 
"tonalité du marché" est acceptable dans la mesures où les 
informations sont "correctement agrégées, rendues anonymes et ne 
portent que sur la liquidité, l'échange de vues ou d'opinions 
sur le marché, sans divulguer des positions de trading 
particulières ou d'intention de traiter." 
    Les échanges sur des catégories de clients en général sont 
acceptables mais l'utilisation de termes qui permettraient d'en 
déduire l'identité du client concerné ne l'est pas.  
    Le code interdit aussi explicitement aux intervenants de 
mentir ou de divulguer de fausses rumeurs sur les mouvements de 
change.  
    David Puth, dirigeant de la banque de règlement CLS et 
président du groupe de travail réunissant 35 banques et autres 
intervenants qui a contribué à l'élaboration du code, a déclaré 
à Reuters qu'il espérait que le nouveau règlement contribuerait 
à relancer la croissance des volumes sur le marché après trois 
ans de stagnation. 
    Dans la foulée de la présentation du code de conduite du 
marché des changes, la London Bullion Market Association a dit 
que les intervenants des marchés de métaux précieux se verraient 
eux aussi appliquer un nouveau code de bonnes pratiques à 
compter de l'année prochaine. 
     
    Le code du marché des changes sur le site de la Banque des 
règlements internationaux : http://bit.ly/1OPsuUl 
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant