Changes et prix éclipsent le rebond des volumes pour Michelin

le
0
RECUL DE 2,4% DU CA DE MICHELIN AU PREMIER TRIMESTRE
RECUL DE 2,4% DU CA DE MICHELIN AU PREMIER TRIMESTRE

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Michelin a fait état mercredi d'une baisse de 2,4% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, les effets de change négatifs et les pressions sur les prix éclipsant la bonne tenue des volumes.

Le fabricant de pneumatiques a dégagé sur les trois premiers mois de l'année des ventes nettes de 4,8 milliards d'euros. A périmètre et change constants, le chiffre d'affaires ressort en hausse de 2,5%.

Comme en 2013, la vigueur de l'euro face aux dollars américain, canadien et australien, au real brésilien, à la livre turque, au rouble russe, au peso argentin et au rand sud-africain a encore pesé sur la croissance du premier trimestre, à hauteur de -4,6%.

"Nommez une devise, elles sont toutes là, malheureusement", a déclaré Marc Henry, directeur financier du groupe, au cours d'une téléconférence avec les analystes.

L'effet négatif sur le résultat opérationnel 2014 est toujours attendu autour de 230 millions d'euros, similaire à celui de 2013.

Malgré un effet mix favorable lié à la montée en gamme des produits Michelin, la croissance des trois premiers mois de l'année a également été amputée par un effet prix négatif de 98 millions d'euros, conséquence de clauses contractuelles d'indexation et de baisses ciblées dans un contexte plus favorable pour les matières premières.

En février, Michelin avait estimé que la baisse du caoutchouc naturel et du pétrole devrait avoir un effet positif de 300 millions d'euros sur ses résultats au premier semestre.

La concurrence accrue du japonais Bridgestone et de l'américain Goodyear a notamment contraint Michelin à réduire les tarifs de certains produits de ses marques d'entrée de gamme BFGoodrich et Kleber.

"Nous avons dû ajuster ces marques pour récupérer", a indiqué Marc Henry, tout en précisant que la marque Michelin avait résisté en grande partie à la pression grâce à son positionnement davantage premium.

L'effet devises et prix a éclipsé une hausse de 3,4% des volumes au premier trimestre, reflet de la reprise du marché automobile en Europe, après six années de contraction, ainsi que de la bonne tenue des marchés en Amérique du Nord et en Asie, mais aussi d'un rebond de la demande sur les segments poids lourds.

"Nous devrions observer d'ici le quatrième trimestre un retour de la croissance des volumes dans le secteur minier aussi", a souligné Marc Henry.

Dans ce contexte, Michelin a confirmé sa prévision d'un rebond des volumes de 3% sur l'ensemble de l'année ainsi que ses objectifs financiers, notamment un résultat opérationnel avant éléments non récurrents en croissance hors effets devises et un cash-flow libre structurel supérieur à 500 millions d'euros.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant