Changer la culture du riz pourrait impacter le réchauffement climatique

le
0
L'augmentation du taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère a entraîné une hausse des rendements de riz de 24,5 % et des émissions de méthane de 42,2 %.
L'augmentation du taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère a entraîné une hausse des rendements de riz de 24,5 % et des émissions de méthane de 42,2 %.

Une étude tend à prouver que changer les méthodes de la culture du riz pourrait servir à réduire les émissions de gaz à effet de serre.



Avec plus d'un cinquième des calories consommées sur le globe par l'Homme, le riz est actuellement la céréale la plus importante en matière de nutrition et en apports caloriques dans le monde, D'après une étude publiée dans le magazine Nature Climate Change, l'augmentation des quantités de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère, inhérente à celle des températures, fait que notre riziculture contemporaine émet beaucoup trop de méthane(CH4), contribuant ainsi au réchauffement climatique. Pour endiguer le phénomène, des changements relativement simples sont néanmoins possibles.


Des équipes de chercheurs ont analysé les résultats de 63 expériences différentes sur des rizicultures d'Asie et d'Amérique du Nord grâce à un outil statistique permettant d'avaluer les tendances générales dans un grand nombre de données expérimentales, la méta-analyse.



Des changements simples pour lutter contre les gaz à effet de serre



« Nos résultats montrent que la riziculture devient moins respectueuse du climat au fur et à mesure que notre atmosphère continue d'évoluer », a résumé Jan Kees van Groenigen, chercheur au Trinity College de Dublin (Irlande) et auteur principal de l'étude, relayée par le site de l'Université de Californie (Etats-Unis).


Les auteurs suggèrent cependant plusieurs options faciles d'accès afin de réduire les émissions de méthane. Les pratiques de gestion des rizicultures comme le drainage de mi-saison et l'utilisation d'engrais de substitution par exemple. En utilisant davantage de cultivars (NDLR : une variété de plante obtenue en culture, généralement par sélection, et plébiscitée pour ses caractéristiques réputées uniques) plus résistant à la chaleur et en changeant la date des semis, les baisses de rendements dues aux augmentations de température pourraient en outre être largement évitées. Mieux vaudrait s'y mettre sans tarder?


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant