Changer de métier : une tendance qui se confirme

le
0

En 2014, un sondage AFPA/Opinion Way révélait que 60% des actifs de tous les âges avaient déjà changé d’orientation professionnelle et que 50% des salariés et chômeurs étaient prêts à changer de métier ou de secteur d’activité. Autre chiffre intéressant : 65% des DRH pensent que les reconvertis sont un atout pour l’entreprise. Quelles sont les motivations des actifs qui optent pour la reconversion professionnelle ? Quels sont les secteurs qui recrutent ?

A l'heure du bilan, nombreux sont ceux qui décident de changer de vie professionnelle
A l'heure du bilan, nombreux sont ceux qui décident de changer de vie professionnelle

La reconversion subie

Jusque dans les années 80, il était courant de commencer et de finir sa carrière dans la même entreprise, et si on changeait d’entreprise, c’était pour retrouver un poste équivalent dans le même secteur d’activité. Puis, les licenciements se sont faits plus nombreux et les entreprises ont moins embauché. Les profils de travailleurs non-qualifiés et de seniors ont vite été les plus touchés par le chômage de masse. Le recours de plus en plus fréquent aux contrats à durée déterminée, l’apparition des agences d’intérim, les régions sinistrées au niveau de l’emploi… tous ces facteurs du marché du travail ont changé la donne pour les actifs, qui n’ont eu d’autre choix que de s’adapter.

La reconversion choisie

Mais changer de métier est aussi devenu une nouvelle manière d’envisager sa carrière. Ainsi, dans une étude Ipsos de 2012, 55% des changements de métier relevaient d’un choix professionnel volontaire. Se reconvertir, c’est profiter d’un plus large éventail d’opportunités, développer des compétences et enrichir son réseau. Selon la même étude, 64% des changements de métier ont débouché sur un meilleur épanouissement professionnel. Conditions de travail, proximité géographique, recherche de l’expression des talents personnels… Autant de raisons pour opter de plein gré pour la « mobilité professionnelle ». Les moins de 30 ans sont ceux pour qui le changement de métier est le plus naturel. Selon le sondage de l’AFPA de 2014, 42% des moins de 30 ans envisagent de changer d’orientation dans les trois prochaines années. Cela ne concerne pas que les non-qualifiés : de plus en plus de diplômés quittent des carrières prometteuses pour exercer une activité plus en accord avec leurs aspirations profondes.

Les secteurs qui recrutent en 2016

Vous envisagez de changer de job ? Voici quelques idées de métiers et secteurs d’activités propices à la reconversion professionnelle :
- web : web designer, community manager, analyste, programmeur, spécialiste big data… tous les métiers relatifs au numérique ont la cote ;
- banque et assurance, deux secteurs ouverts aux profils atypiques ;
- bien-être et fitness : les professeurs de yoga et les spécialistes des thérapies alternatives sont très recherchés en 2016 ;
- marketing et commerce : digital ou traditionnel, le commerce est toujours à la recherche de profils créatifs et dynamiques.

Trucs et astuces

De nombreux dispositifs de financement de la formation existent, en fonction de la situation du demandeur :
- le CPF (compte personnel de formation) ;
- le CIF (congé individuel de formation) ;
- l’AIF (aide individuelle à la formation) ;
- l’AREF (allocation de retour à l’emploi formation) ;
- l’AGEFICE (Association de gestion du financement de la formation des chefs d’entreprise), …
Les créateurs d’entreprise peuvent obtenir des subventions via Pôle emploi et la CCI (Chambre de commerce et d’industrie).
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant