Changer de banque, un pas que peu de Français franchissent

le
0

Jugeant l'opération difficile, ils sont moins de 8% à changer d'établissement tous les ans. A la place ils ouvrent des comptes dans plusieurs banques.

Rendre les frais bancaires plus transparents afin de faire jouer plus facilement la concurrence entre établissements. Tel est l'objectif du comparateur public de tarifs bancaires (www.tarifs-bancaires.gouv.fr) mis en ligne le 1er février. Ce comparateur répertorie les tarifs d'environ 150 établissements, soit plus de 98% du marché. Ils seront mis à jour toutes les semaines. Il met en regard les prix des 15 services les plus utilisés, comme les virements, les prélèvements, les frais de tenue de compte, ou encore les cartes bancaires.

Reste à savoir si le seul fait de comparer facilement les frais bancaires, permettra aux consommateurs mécontents de changer de banque. Pour l'heure, malgré les différentes lois visant à faciliter les démarches, ils sont peu nombreux à franchir le pas. Le dernier chiffre officiel connu remonte à 2010: ils n'étaient alors que 7,6% selon le rapport Pauget-Constans. La donne n'a sûrement pas beaucoup changé depuis. Car, les Français (58%) jugent que changer de banque «est difficile», selon une étude très récente de l'association de consommateurs CLCV (1). Ce que confirment d'ailleurs de nombreux clients sondés (41,15%) ayant réalisé l'opération.

Résultat, même lorsqu'ils ont rencontré plusieurs problèmes (6) avec leur banque, les deux tiers (66,67%) des clients sondés l'ont gardée malgré tout. Les clients insatisfaits, «préfèrent la multibancarisation au changement», note l'étude de l'association de consommateurs. Ils préfèrent ainsi ouvrir un compte supplémentaire dans un nouvel établissement, plutôt que de clôturer celui qui ne leur donne pas satisfaction, mais qui reçoit certains virements ou d'où partent certains prélèvements mensuels.

Il faudra sûrement attendre encore un an au moins pour que les mentalités évoluent. À partir du 7 février 2017 (comme cela est prévu dans la loi Macron votée l'été dernier) il incombera à la nouvelle banque de prendre en charge gratuitement toutes les démarches administratives. Théoriquement, le client n'aura donc plus à s'occuper de rien.

(1) Étude réalisée auprès de 922 personnes inscrites sur le site de l'association de consommateurs CLCV entre le 10 novembre et le 11 décembre 2015.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant