Changer de banque, un parcours du combattant

le
0
Contrairement aux engagements pris il y a un an, les banques découragent toujours la mobilité des clients, déplore l'UFC-Que Choisir.

Pour les banques, le chemin vers la transparence est encore long à parcourir, estime en substance l'UFC-Que choisir dans son dernier rapport. S'attachant à comparer les pratiques des établissements bancaires face aux clients qui souhaitent changer de banque, l'association de consommateurs dresse un constat sévère. Près d'un an après que les établissements bancaires ont pris des engagements sur ce point, transférer son compte s'apparente encore à un véritable parcours du combattant, estime-t-elle.

L'UFC-Que choisir remarque notamment que la grande majorité des banques (86%) n'informent pas leurs clients de l'existence d'un service d' «aide à la mobilité». Ce service permet au consommateur de faire faire par sa nouvelle banque les changements de domiciliation bancaire auprès des organismes qu'il paie, et de lui faire récupérer la liste des prélèvements automatiques sur le précédent compte. Autant d'opérations qui facilitent grandement les tranferts de compte. Pourtant, seuls 35% des conseillers évoquent spontanément ce service à un nouveau client. Pire : quand le client interroge spécifiquement sa future banque sur ce point, 61% d'entre elles affirment ne pas prendre en charge intégralement ce service. Dans une agence du Crédit Mutuel par exemple, un client s'est vu rétorquer que «par souci de déontologie, la banque ne peut pas s'occuper du transfert de vos virements et prélèvements». Un comble!

Peu d'éléments de comparaison entre banques

Autre facteur décourageant pour le consommateur qui souhaite changer de banque : l'absence de présentation lisible et systématique des tarifs proposés. Seules 58% des banques mettent à la disposition de leurs clients les dépliants tarifaires prescrits par la réglementation. Sans réelle possibilité de comparer, il n'est pas surprenant que les Français soient particulièrement peu enclins à changer de banque : 7,6% des clients le font chaque année, contre 8,6% en moyenne en Europe. Un cercle vicuex qui n'encourage pas les établissements bancaires à proposer à leurs clients les tarifs les plus compétitifs.

Alors que les banques se sont à nouveau engagées le mois dernier à clarifier et rendre plus lisible leur tarification, l'UFC-Que Choisir tient peut-être à souligner que les engagements sans contraintes ne suffisent pas à eux-seuls à faire changer les pratiques des banques. Contre l'avis des associations de consommateurs, la ministre de l'Economie Christine Lagarde a préféré placer sa confiance dans la capacité des banques à tenir leurs promesse, quitte à recourir par la suite à la voie réglementaire. Les banques sont prévenues.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant