Changement de chefs et de cadre pour la police de Marseille

le
1
DES CHANGEMENTS DANS LA DIRECTION DE LA POLICE MARSEILLAISE
DES CHANGEMENTS DANS LA DIRECTION DE LA POLICE MARSEILLAISE

PARIS (Reuters) - Trois nouveaux commissaires de police vont être nommés à Marseille où une affaire de corruption a conduit à l'incarcération ou la suspension d'une trentaine de fonctionnaires d'une brigade des quartiers nord, a annoncé mardi le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.

Les trois brigades anti-criminalité (Bac) du nord, du sud et du centre de la ville pourraient être regroupées en une seule avec un commandement unique, a-t-on appris par ailleurs de source syndicale policière à Marseille.

Ce scandale met à mal l'image de la police dans une cité où la lutte contre le crime et le trafic de drogue a été érigée en priorité nationale par le gouvernement, avec la promesse de renforts en effectifs.

"Un policier qui ne respecte pas la loi et les règles de déontologie de la police salit l'uniforme et n'a pas sa place dans la police", a dit Manuel Valls à l'Assemblée nationale. Le ministre de l'Intérieur a ordonné la dissolution de la Bac nord de Marseille, l'unité visée par l'enquête.

Douze policiers ont été mis en examen et sept d'entre eux écroués. Dix-huit autres ont été suspendus administrativement. L'affaire porte sur le vol présumé d'argent ou de drogue à des trafiquants, qui serait devenu une habitude.

Manuel Valls a annoncé qu'il serait à Marseille vendredi. "Trois nouveaux commissaires vont être nommés et le directeur départemental de la sécurité publique, en lien avec le préfet de police, va être amené à faire un certain nombre de propositions pour réorganiser les forces de police sur Marseille et sur les quartiers qui étaient concernés par cette Bac", a-t-il déclaré.

Il a dénoncé un défaut d'encadrement, un fait souvent relevé dans les études sur les problèmes que certains voient dans le travail des Bac. "Je souhaite que chacun joue son rôle, notamment l'encadrement et plus particulièrement les officiers. Trop d'agents de police, trop de policiers sur le terrain sont abandonnés par leur hiérarchie. Je pense que là aussi, il faut que les choses changent", a dit le ministre.

L'enquête judiciaire s'est poursuivie avec le placement en garde à vue de trois nouveau policiers, a-t-on appris de source policière.

Le scandale survient alors que sur fond de chômage massif et de quartiers pauvres à la dérive, les règlements de comptes à l'arme de guerre liés au trafic de drogue - une vingtaine de morts depuis le début de l'année dans le département, 14 durant l'été - ont poussé le gouvernement à un plan spécifique.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, s'était rendu sur place le mois dernier pour annoncer le renfort de 205 policiers et gendarmes et défendre le projet de création d'une métropole marseillaise unique pour remplacer les six entités actuelles.

Thierry Lévêque, avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4333993 le mardi 9 oct 2012 à 17:52

    Changez de Marseille, çà sera plus simple...