Changement d'heure: des économies d'énergie modestes

le
8

Dans la nuit de samedi à dimanche a lieu le passage à l'heure d'été. Guillaume Fauconnier, du cabinet Okavango-Energy, s'est penché sur l'impact du changement d'heure sur la consommation d'énergie. Il en ressort que les économies existent mais qu'elles sont limitées.

Quel est exactement l'impact du changement d'heure - on passe à l'heure d'été ce dimanche 27 mars - sur la consommation d'énergie? Avant toute chose, les Français sont relativement dubitatifs sur le sujet puisqu'un sondage Opinion Way réalisé en octobre 2014 montre que 59% des personnes interrogées ignorent que le changement d'heure permet de faire des économies d'énergie. Guillaume Fauconnier - du cabinet Okavango-Energy - qui s'est penché sur le sujet, rappelle d'abord la genèse du dossier: «Suite au choc de 1973, le prix du pétrole a quadruplé. Il s'en est donc suivi une augmentation conséquente du prix de l'électricité, produite à partir des centrales à fuel. Depuis 1976 et l'adoption du régime de changement d'heure imposé sous Valéry Giscard d'Estaing, alors président de la République, le but est alors de faire correspondre au mieux les heures d'activités avec les heures d'ensoleillement pour limiter l'utilisation de l'éclairage artificiel.» Depuis 1998, les dates du changement d'heure ont fait l'objet d'une harmonisation entre les différents pays de l'Union européenne, même s'il n'y a pas un consensus absolu.

Comme le rappelle Guillaume Fauconnier, la France opère ce changement d'heure car elle est en zone tempérée, où la variation de l'ensoleillement est notable entre l'été et l'hiver et permet ainsi de faire des économies d'énergie notamment au niveau de l'éclairage. «En 2009, date de la dernière étude en date par l'Ademe (l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), 440 gigawattsheures (GWh) ont été économisés, soit l'équivalent de la consommation en éclairage de 800.000 ménages. De plus, le changement d'heure permet un gain sur la puissance appelée au mois d'avril de 3,5 gigawatts (GW).»

Le politique s'invite régulièrement dans ce dossier

Sur le plan pratique, ainsi que le rappelle l'expert d'Okavango-Energy, le système revient à repousser d'autant la tombée de la nuit pour limiter l'utilisation de l'éclairage artificiel; certes au prix d'une dépense supplémentaire le matin (le lever du soleil étant lui aussi retardé…) mais les Français étant moins nombreux à se lever tôt qu'à se coucher (relativement) tard, le solde reste bénéficiaire.

«Les détracteurs du dispositif lui opposent notamment l'amenuisement des économies, poursuit Guillaume Fauconnier. En effet, plusieurs raisons expliquent la diminution des économies au fil des années. Premièrement, la mise en place d'éclairages plus performants comme les LED, et leur meilleure gestion (extinction automatique des éclairages publics par exemple) rendent moins intéressant le changement d'heure. À l'horizon 2030, le gain d'économie ne devrait plus être que de 340 GWh par an.»

Dans ce dossier a priori technique, le politique s'invite régulièrement: au printemps dernier, la ministre de l'Écologie et de l'Énergie, Ségolène Royal, avait assuré via Twitter que son ministère évaluerait les «impacts» de ce changement d'heure «pour décider de l'opportunité l'année prochaine», en faisant notamment appel à l'Ademe pour mettre à jour l'étude de 2010. «Le ministère laissait donc entendre une possible discussion de l'abandon de l'heure d'été dès 2016, commente Guillaume Fauconnier. Pour le moment, c'est raté. Depuis ces tweets, cette évaluation s'est perdue dans les tréfonds ministériels et personne ne semble pouvoir dire si même elle a bien été lancée.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kram123 il y a 11 mois

    censure qd tu nous tiens

  • M1945416 il y a 11 mois

    allez voir a l'ademe , poser leur la question : est ce que je doit changer ma chaudière: réponse oui, ok et quelle marque est la plus performante ? réponse : a ça on peu pas vous le dire … alors l'Ademe ça me sert a quoi??

  • faites_c il y a 11 mois

    Les économies d'énergie liés au changement d'heure sont du pure pipeau d'intellectuels bobos de gauche! Tout ce que l'on ne dépense pas le soir on le dépense le matin! Désolé, pour les "têtes" de l'Ademe mais je me lève à 06:30 le matin et je suis bien obligé de m'éclairer!!! Maintenant j'aimerai voir les statistiques de l'Ademe démontrant sans aucune ambiguïté qu'il y a plus de personnes à veiller tard que de personnes à se lever tôt!

  • bearnhar il y a 11 mois

    Dans ce pays tout le monde n'embauche pas à 9h, ces heures d'été et d'hiver servent les bobos et les employés du tertiaire. Maintenant faut penser aux gens qui embauchent à 6h voire plus tot, on les oblige à se lever à quelle heure en heure solaire ? En pleine nuit !! Pendant des années j'ai embauché à 5h45, je me levais à 3h30 en heure solaire. Et je vous parle meme pas de l'effet désastreux sur les gosses qui en plus abusent des phones et tablettes.

  • frk987 il y a 11 mois

    La preuve que les politicards se croient au dessus de Dieu le père, la durée du jour ne leur convient pas, on la change...comme si la course du soleil pouvait être modifiée par un politicard, le comble de l'absurdité, de la démence......

  • frk987 il y a 11 mois

    Combien ça coûte à la SS ???? TROIS fois le prix des économies d'énergie !!!!!! N'IMPORTE QUOI DEPUIS 1976 !!! Merci VGE, la mesure la plus folle que l'on ait pu inventer !!!!!!

  • bearnhar il y a 11 mois

    Une économie ridicule d'un coté, une nuisance sur la qualité du sommeil, de l'appetit, de l'humeur, etc, de l'autre...Mais c'est pas grave on continue. Je suis sur que ça dégrade les comptes de la sécu de trois fois le montant de l'économie, mais on continuera éternellement, juste pour ne pas avoir à reprogrammer les ordinateurs et pour que l'on puisse faire des BBQ à 10h du soir.

  • b.renie il y a 11 mois

    "Changement d'heure: des économies d'énergie modestes" Il n'y a pas de petites économies sur le plan de sous et sur le plan des émissions de CO²