Championne des droits d'auteur, Taylor Swift fait plier Apple

le
0
Championne des droits d'auteur, Taylor Swift fait plier Apple
Championne des droits d'auteur, Taylor Swift fait plier Apple

La superstar américaine de la pop Taylor Swift s'est faite championne de la défense des droits d'auteur en faisant céder en quelques heures le géant Apple sur les conditions de rémunération des artistes pour son nouveau service en streaming.Apple a annoncé dimanche soir que la compagnie paierait des royalties aux artistes pendant la période d'essai de son futur site de streaming, qui démarre le 30 juin, quelques heures après la menace de Taylor Swift, s'estimant financièrement lésée, de boycotter ce nouveau service.Cette rébellion face à l'une des compagnies les plus puissantes du monde montre l'extraordinaire influence de la jeune chanteuse, âgée à peine de 25 ans, qui avait déjà quitté pour les mêmes raisons le numéro un mondial du secteur, le suédois Spotify.Taylor Swift a écrit dimanche sur son compte Tumblr "trouver choquant et décevant" qu'Apple Music ne la rémunère pas pour ses chansons qui seraient écoutées en ligne gratuitement pendant une période d'essai de trois mois, réservée aux nouveaux abonnés.Elle a ainsi annoncé que son album "1989", en tête des ventes aux Etats-Unis l'an passé, serait inaccessible sur Apple Music."Trois mois, c'est long sans être payé et c'est injuste de demander à quiconque de travailler pour rien", a ajouté la chanteuse qui a estimé que cette politique allait "complètement à l'encontre de cette entreprise historiquement progressiste et généreuse" que serait la marque à la pomme.Se faisant porte-parole des artistes, la chanteuse a ajouté que sa prise de position ne relevait pas "de plaintes d'un enfant gâté et grognon, c'est l'écho de l'opinion de chaque artiste, auteur ou producteur que je connais qui ont peur de parler publiquement parce que nous admirons et respectons tant Apple", a-t-elle écrit.Elle a notamment évoqué le "jeune auteur de chanson qui vient de remporter son premier succès et pensait que les royalties ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant