Championnat du monde hockey : la France bat Satan et ses Slovaques

le
0
Championnat du monde hockey : la France bat Satan et ses Slovaques
Championnat du monde hockey : la France bat Satan et ses Slovaques

Les Bleus ont remis leurs patins dans le bon sens après leur défaite face à l'Italie, dimanche. Les coéquipiers de Cristobal Huet ont bien réagi en prenant le meilleur sur une Slovaquie surprise par la vista des attaquants français. Les Français ont renversé la vapeur dans le dernier tiers en inscrivant quatre buts consécutivement. Un petit exploit face à une nation sacrée championne du monde en 2002 et vice-championne du monde en 2012. Miroslav Satan, la star slovaque labellisée NHL n'aura rien pu faire face à la bonne étoile des Français. Les Slovaques sont en grande difficulté avec un seul point récolté en trois rencontres. A noter, le but d'Antoine Roussel, joueur français évoluant aux Dallas Stars (NHL). Grâce à cette nouvelle victoire probante, les Bleus peuvent espérer se maintenir dans l'élite mondiale, qu'ils côtoient depuis sept ans maintenant.

Malmenés tout au long de la rencontre, les Bleus sont revenus de loin. Menés 3 à 1 après deux périodes, ils ont d'abord égalisé en tirant profit d'une double supériorité numérique avec des buts de Baptiste Amar et Antoine Roussel (51e) avant d'inscrire deux nouveaux buts dans cette période pour infliger un humiliant 4-0 aux vice-champions du monde 2012 dans le dernier tiers-temps.

D'entrée, les joueurs de Dave Henderson subissaient les attaques incessantes des Slovaques. Ils craquaient même en fin de premier tiers-temps alors qu'ils étaient pourtant en supériorité numérique. Ladislav Nagy prenait à contre-pied le gardien français Cristobal Huet (16e).

Intenable, Nagy doublait la mise en profitant d'une mauvaise relance pour marquer de près (24e).

Les Français revenaient grâce à Baptiste Amar qui, de loin, trompait Laco (27e), mais Satan glissait le palet entre les jambes de Huet (1-3, 37e).

Dans l'ultime période, les Bleus devenaient alors intenables et profitaient de leur double supériorité numérique pour renverser la tendance par l'entremise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant