Championnat d'Europe : La France reçue cinq sur cinq

le
0
Championnat d'Europe : La France reçue cinq sur cinq
Championnat d'Europe : La France reçue cinq sur cinq

Opposée à Israël, décidée à ne pas jouer la première place du groupe A, la France a fait le travail en s'imposant 86-61. Les Bleus se donnent rendez-vous samedi pour un huitième de tous les dangers face à la Turquie au stade Pierre Mauroy, à Lille.

Difficile de résumer ce match car, de match, il n’y a pas eu. La « finale » du groupe A a fait pschitt. Le coach israélien avait décidé, avant le match, de mettre au repos trois de ses meilleurs joueurs dont Omri Casspi. C’est clair, Israël a décidé de jouer l’Italie en huitièmes, une nation qui correspond plus à son jeu. Et qui lui laisse, surtout, un jour de repos en plus.

Dès le début de match, la défense israélienne est donc aux abonnés absents et permet à Batum de se remettre en confiance. La France passe un 10-0 dès les premières minutes. Gobert dissuade tous les tirs et la paire d’intérieurs grignote les rebonds sur la tête d'Israéliens en manque de taille sous les panneaux. Les Français, eux, ne bazardent pas ce match et mettent de l’intensité en défense pour se jauger avant les huitièmes. Ce match a des allures d’entraînement pour retrouver un collectif évanoui lors face aux Russes.

La France en roue libre en fin de match

Le deuxième quart temps se poursuit sur le même rythme. C'est-à-dire aucun. Les Français perdent le fil et se font prendre dans leur dos obligeant Vincent Collet à recadrer tout le monde sur un temps mort. Le coach français sort ensuite ses cadres pour ne prendre aucun risque et Israël met en place une défense de zone pour profiter des maux bleus à trois points. Le début de deuxième mi-temps est compliqué : les Bleus se font encore surprendre sur des back-doors de poussins et Collet repousse une gueulante. Gobert est le seul à surnager (15 pts et 10 reb).

Au-dessus, sans forcer, la France se contente de garder l’écart qu'elle a creusé. Westermann montre de belles choses sur la zone en trouvant de bonnes positions pour ses coéquipiers, notamment pour Evan Fournier qui se remet à l’endroit (4/6 derrière l’arc) ou pour lui-même. Les trois points pleuvent, l’écart est définitif. Israël ne marque plus et prend 25 pts dans la musette. Le sélectionneur français se permet même de faire rentrer Mam Jaiteh qui inscrit ses deux premiers points dans un EuroBasket. La France gère sa fin de match pour réaliser un sans-faute dans cette poule A. Rendez-vous samedi face à une coriace équipe de Turquie, adepte de la zone, mais difficile vainqueur de l’Islande en prolongations jeudi soir. Ce huitième sera crucial pour assurer une place aux JO. Au moins cela.

Maxime HABERT

Les réactions d'après-match au micro de Canal+ Sport : 

Boris Diaw : « C’est vrai qu’on en garde un peu sous la pédale. Le but était de gagner tous les matchs du premier tour. Le bilan est rempli. Maintenant ce sont les matches couperets. Aucune alternative, il faut tout gagner. La Turquie, on la connaît bien. C’est une équipe compliquée, avec de la taille, une zone embêtante. Il faudra jouer notre meilleur basket. On attend tous d’aller à Lille depuis le début de cet Euro. »

Evan Fournier : « J’ai mis mes tirs ce soir. C’est une bonne victoire, sérieuse. J’ai été nul hier mais c’est la vraie compétition qui commence dès samedi. Jusque là, je cherchais encore mon rôle. Il faut que j’arrive à utiliser mes compétences dans le collectif. Les Turcs, on les connaît. C’est toujours très solide, grand sur tous les postes. Pour un huitième, c’est pas un cadeau. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant