Chambéry : un film de Caroline Fourest perturbé par l'extrême droite

le
0
Chambéry : un film de Caroline Fourest perturbé par l'extrême droite
Chambéry : un film de Caroline Fourest perturbé par l'extrême droite

Une projection de «Nos seins, nos armes», un film de la journaliste Caroline Fourest sur le mouvement Femen, a été perturbée samedi soir à Chambéry (Savoie) par une trentaine de militants d'extrême droite dont Alexandre Gabriac, ex-président des Jeunesses nationalistes et conseiller régional.

Les faits se sont déroulés peu avant 20 heures à l'Espace Malraux, révélés par Alexandre Gabriac qui a écrit sur Twitter, photo à l'appui : «Nous sommes actuellement dans la salle, empêchant toute diffusion du film de #Fourest". L'information a ensuite été confirmée par la journaliste et l'ancien membre du Front national.

Nous sommes actuellement dans la salle, empêchant toute diffusion du film de #Fourest !!! pic.twitter.com/aBAqIgXhRC? Alexandre GABRIAC (@Gabriac) 1 Février 2014

«La projection du film devait débuter à 19h30. Il y avait 90 personnes dans la salle à ce moment-là, dont 25 environ des Jeunesses nationalistes et du mouvement des Veilleurs (anti-mariage homosexuel, Ndlr)», a expliqué la journaliste, présente dans les coulisses du cinéma.

«Plusieurs personnes se sont rendues sur la tribune devant l'écran et ont déployé un drapeau français avec une croix celtique. L'une d'elles a voulu arracher le micro des mains de l'organisatrice. Environ 25 personnes ont été sorties de la salle par la BAC (brigade anti-criminalité, Ndlr), une à une, puis ont été relâchées. Le film a ensuite débuté, avec une demi-heure de retard», a-t-elle ajouté.

Des extrémistes d'un mouvement dissous en juillet

Pendant l'action, les manifestants ont crié «Jeunesses nationalistes», le mot d'ordre du mouvement d'Alexandre Gabriac, dissous en juillet dernier, a-t-elle poursuivi, citant des déclarations de policiers. «Ils ont fait une très grosse erreur de se reconstituer car c'est très sévèrement puni par la loi», a-t-elle dit.

«Nous avons un mouvement de femmes nationalistes nommées les Cariatides ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant