Chambéry : quatrième décès suspect d'un nourrisson

le
0
Chambéry : quatrième décès suspect d'un nourrisson
Chambéry : quatrième décès suspect d'un nourrisson

Un quatrième nourrisson pourrait avoir été victime de la contamination des poches alimentaires auxquelles on attribue déjà la mort, en décembre, de trois bébés à l'hôpital de Chambéry (Savoie). Selon le site du Dauphiné, Matheo présentait les mêmes symptômes que Théo, Chloé et Milie. En mars dernier, l'enfant se portait bien à son entrée au service de réanimation néonatale, mais il est soudainement décédé après avoir été alimenté par une poche du laboratoire mis en cause.

Ce mercredi, Marisol Touraine a confirmé sur BFM TV que le nourrisson «avait reçu une poche du laboratoire Marette, mais pas du même lot que celles incriminées». Selon la ministre de la Santé, «il est trop tôt pour dire si les causes de la mort de ce nourrisson sont identiques». Le lot de 137 poches, dont six avaient été identifiées comme contaminées, avait été fabriqué le 28 novembre, soit bien après la mort suspecte de ce quatrième bébé. Marisol Touraine a ainsi demandé aux seize établissements hospitaliers approvisionnés par le laboratoire Marette de signaler les incidents ou décès de nourrissons. Elle a précisé que le gouvernement disposerait «de l'ensemble des informations nécessaires la semaine prochaine».

Les vieux dossiers passés au crible

Le centre hospitalier de Chambéry procède lui déjà à une enquête administrative et sanitaire demandée par la ministre. De vieux dossiers sont ainsi épluchés et celui-çi semblait présenter des similitudes avec ceux des trois petites victimes de décembre. Les parents de Mattheo, originaires de Savoie, ont été informés ce week-end de cette possibilité. «Nous avons besoin de poursuivre l'enquête», dont les premiers résultats seront dévoilés «probablement en milieu de semaine prochaine», a poursuivi Marisol Touraine.

Selon le Dauphiné, la juge d'instruction du pôle santé de Marseille (Bouches-du-Rhône), Annaïck Le Goff, s'est rendue mardi à Chambéry ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant