Chambéry : pour le labo Marette, l'hôpital a utilisé une poche périmée

le
0
Chambéry : pour le labo Marette, l'hôpital a utilisé une poche périmée
Chambéry : pour le labo Marette, l'hôpital a utilisé une poche périmée

L'avocat du laboratoire Marette, mis en cause dans l'affaire des nouveau-nés décédés à l'hôpital de Chambéry en décembre, a accusé ce jeudi l'établissement, lors d'une conférence de presse, d'avoir utilisé une poche alimentaire périmée depuis trois jours.

«Le 15 décembre 2013, la quatrième poche (alimentaire), fabriquée par le laboratoire Marette le 28 novembre 2013, a été administrée alors qu'elle était périmée depuis trois jours», a déclaré Me Matthieu Lemaire devant la presse à Caen.

«Des dysfonctionnements majeurs internes au centre hospitalier de Chambéry ont eu lieu, en rapport avec au moins un des accidents survenus», a souligné l'avocat. «Je ne dis pas que ces dysfonctionnements ont un quelconque lien causal avec les décès, mais il n'en demeure pas moins qu'on ne peut pas considérer qu'il s'agit d'une bonne pratique», a-t-il ajouté.

Un rapport sera rendu la semaine prochaine

Interrogé sur le point de savoir s'il s'agissait de la seule poche périmée utilisée, et s'il s'agissait de celle administrée au bébé qui a pu être sauvé in extremis, l'avocat a répondu «oui». Le procureur de Marseille, Brice Robin, a confirmé dans la soirée qu'une poche dont la date d'utilisation était passée a bien été administrée, mais qu'elle ne concernait pas l'un des bébés morts.

Dans l'entourage de Marisol Touraine, ministre de la Santé, on souligne qu'un rapport conjoint de l'inspection de l'Agence régionale de santé (ARS) et de l'agence du médicament ANSM, conduite le 7 janvier dernier à l'hôpital de Chambéry «sera rendu public la semaine prochaine.» «Ce rapport fera le point sur les conditions d'administration et de stockage des poches de nutrition parentérale, et donc sur le respect des dates limites d'utilisation de ces poches», ajoute-t-on au ministère tout en confirmant que les trois nourrissons décédés, Milie, Théo et Chloé, «n'ont pas reçu de poches périmées».

L'avocat s'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant