Chambéry : enquête sur le décès de trois nourrissons à l'hôpital

le
0
Chambéry : enquête sur le décès de trois nourrissons à l'hôpital
Chambéry : enquête sur le décès de trois nourrissons à l'hôpital

Le parquet a ouvert une enquête préliminaire après la mort début décembre de trois nourrissons à l'hôpital de Chambéry (Savoie). «L'enquête porte sur une éventuelle contamination par des poches alimentaires pour alimenter les enfants par perfusion», a expliqué Fabienne Moulinier, vice-procureure à Chambéry. Tous les lots de produits mis en cause ont été «retirés», a affirmé samedi matin la ministre de la Santé Marisol Touraine sur Europe 1.

Les trois nourrissons, parmi lesquels deux prématurés, sont morts les 6, 7 et 11 décembre, «à la suite d'une dégradation brutale de leur état général», selon un communiqué de l'hôpital de Chambéry. Un quatrième, qui présentait des symptômes identiques dans la nuit du 15 au 16 décembre, a pu être sauvé in extremis. 

Les parents d'une des petites victimes, originaires de Haute-Savoie, ont déposé plainte contre l'hôpital le 23 décembre. Le parquet a ouvert une enquête dans la foulée et les premières auditions ont débuté lundi. Les petites victimes ont manifesté les symptômes d'un «choc septique», un trouble grave de la circulation sanguine dû à une infection. «On n'est pas certain à ce jour que la responsabilité de l'hôpital soit établie. Il faut remonter toute la chaîne de production de ces produits et faire des analyses, a précisé la magistrate. C'est une enquête très technique et qui va demander du temps».

La contamination n'est pas liée «à un acte volontaire»

Les produits en cause sont des «poches de nutriments fournies par un laboratoire extérieur», a expliqué Guy-Pierre Martin, directeur du centre hospitalier de Chambéry, précisant que l'établissement avait déposé plainte contre X. Selon le père d'un des nourrissons, les poches contaminées venaient d'un lot de 137 poches, dont 102 ont été détruites ou utilisées. Le nombre de poches contaminées est inconnu à ce jour, a assuré le parquet. «Ce sont des poches qui ont une durée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant