Chambardement mercredi à la tête de la police

le
3
Chambardement mercredi à la tête de la police
Chambardement mercredi à la tête de la police

PARIS (Reuters) - La valse des postes à la tête de la police française débutera mercredi dans le cadre des changements prévus après l'élection de François Hollande, qui a confirmé son intention de mettre des hommes de confiance à la tête des forces de l'ordre.

"Ce n'est pas une valse considérable", a-t-il dit mardi soir sur France 2. "Mais je l'avais annoncé, il y avait des hauts fonctionnaires de qualité, très proches de mon prédécesseur, dans un domaine qui est essentiel, la police, la sécurité."

"Ils seront tous mis devant d'autres responsabilités, c'est-à-dire qu'il y aura un reclassement de ces hauts fonctionnaires, non pas par des proches, non pas par des intimes, non pas par des obligés, mais par des hauts fonctionnaires de qualité."

Il a ajouté que, pour la police, "cela s'arrêtera là" et qu'il n'entendait pas remplacer des fonctionnaires "qui ont été capables de mener des actions au nom de la France", réfutant l'idée qu'il mènerait une "chasse" aux sorcières.

L'actuel préfet de police de Paris Michel Gaudin, considéré comme un proche de Nicolas Sarkozy, cédera la place au préfet Bernard Boucault, précise-t-on de source syndicale.

De même, Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini, respectivement directeur général de la Police nationale et directeur central du Renseignement intérieur, également proches de l'ex-président, seront remplacés, selon leur entourage.

Bernard Boucault, 63 ans, directeur de l'Ena, l'école nationale d'administration, est un proche de l'actuel secrétaire général de l'Élysée Pierre-René Lemas, souligne Le Point.fr.

Ayant travaillé depuis 30 ans dans de nombreux cabinets de gauche, notamment aux côtés de Pierre Joxe et Daniel Vaillant, il aurait le profil idéal pour occuper ce poste sensible.

"CHASSE AUX SORCIÈRES"

Michel Gaudin pourrait être nommé au Conseil d'Etat et Frédéric Péchenard délégué interministériel à la Sécurité routière.

L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait dit récemment redouter le début d'une "chasse aux sorcières".

"Il paraît qu'ils étaient trop proches du pouvoir. Cela me semble tout de même assez normal que les directeurs généraux ou directeurs d'administration centrale soient loyaux à l'égard du pouvoir légitime qui est en place", avait-il estimé.

Nicolas Sarkozy avait pendant sa campagne accusé François Hollande de vouloir mener une "épuration".

Martine Aubry, la dirigeante du PS, avait souligné sur France Info que Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini étaient "actuellement mis en cause dans un certain nombre d'affaires, y compris peut-être dans les écoutes qui ont été mises en place dans les atteintes aux sources des journalistes".

Les deux hommes avaient été très critiqués par la gauche lors de l'affaire Woerth-Bettencourt.

Le premier a été mis en examen en octobre par des juges d'instruction parisiens qui le soupçonnent d'avoir illégalement demandé les factures téléphoniques détaillées d'un journaliste du Monde pour identifier les sources du quotidien dans l'affaire touchant la milliardaire et l'ancien ministre du Budget.

Pour la même affaire, Frédéric Péchenard a été entendu sous le statut de témoin assisté.

D'autres nominations sont à prévoir à divers niveaux de la police.

Alain Bauer, criminologue, très consulté par Nicolas Sarkozy lorsqu'il était aux affaires mais ami du nouveau ministre de l'Intérieur Manuel Valls, a choisi début mai de remettre ses mandats aux nouveaux responsables de l'exécutif.

Il a notamment démissionné de ses fonctions de président de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et de la commission sur le contrôle des fichiers de police, rapportait alors Le Monde.fr.

Gérard Bon, avec Nicolas Bertin, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • speedy36 le mardi 29 mai 2012 à 18:42

    le ministre a quand meme le droit de choisir ses responsables de service non !!!! Qu'ont fait Chirac et Raffarin, avec l'aide de Sarkozy, en 2002Tous les responsables de la police sous Jospin ont été remplacés et certains impliqués d'office dans des affaires montées de toute pièces

  • baljo le mardi 29 mai 2012 à 18:27

    Et c'est normal!

  • M3435004 le mardi 29 mai 2012 à 14:39

    la chasse aux sorcières est commencée.