Chais d'œuvre, le club en ligne d'amateurs de vin

le
0
Chais d'œuvre, le club en ligne d'amateurs de vin
Chais d'œuvre, le club en ligne d'amateurs de vin

Chais d'œuvre, c'est l'histoire d'une rencontre entre deux passionnés de vin, Didier Kuhn et Manuel Peyrondet. Le premier, parisien et entrepreneur dans l'âme, affiche à 45 ans un joli CV. Diplômé de l'Edhec et titulaire d'un MBA à Londres, ce passionné des nouvelles technologies a notamment créé dans une précédente vie ScreenTonic, une société spécialisée dans la publicité sur mobile qu'il a par la suite fort bien revendue à Microsoft.

Une rencontre entre un chef d'entreprise et un sommelier génial

Quand il rencontre, en 2010, Manuel Peyrondet, meilleur sommelier et meilleur ouvrier de France, chef sommelier du célèbre hôtel Royal Monceau à Paris (VIIIe), Didier Kuhn est aussitôt séduit par la volonté de cette jeune star du vin de faire partager sa passion, ainsi que par son parcours professionnel hors norme. De l'hôtel George-V au très réputé restaurant parisien Taillevent en passant par le Bristol puis, aujourd'hui, par le Royal Monceau, Manuel Peyrondet a en effet exercé dans les plus belles maisons françaises.

Trois vins de propriété pour 79 euros par mois

Un verre à la main, les deux hommes réalisent qu'il n'existe aucun site permettant de faire goûter des vins sélectionnés par un des plus grands spécialistes français mais également de les acheter par la suite en cas de coup de cœur. Persuadés qu'il existe un marché, ils se mettent à dessiner les premiers traits de Chais d'œuvre : un club d'amateurs de vin en ligne. « Le fonctionnement est très simple, précise Didier Kuhn, puisqu'un simple clic permet de s'abonner. » Chaque mois, le membre reçoit pour 79 € un coffret de 3 bouteilles savamment sélectionnées par Manuel Peyrondet « et vendues au prix de vente direct propriété », insiste le sommelier. Dans le coffret, trois bonnes occasions de déguster une bonne, voire une très bonne bouteille. A l'improviste propose ainsi un vin entre 12 et 15 € « choisi pour souligner un moment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant