Chaffanjon : Valls, une autorité à doser

le
0
Manuel Valls n'a pas convaincu les députés socialistes ; pire, il en a braqués certains.
Manuel Valls n'a pas convaincu les députés socialistes ; pire, il en a braqués certains.

France Inter : Ce matin, vous nous parlez de Manuel Valls : il est au coeur de la crise politique en cours, c'est lui qui a abattu la carte du 49-3. Mais, selon vous, le problème est plus ancien ? Charlotte Chaffanjon : Oui. Depuis qu'il est à Matignon, Manuel Valls n'a cessé de vouloir prouver son autorité. C'est sa nature, et puis il y avait aussi à la base une volonté de rompre avec son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault. Manuel Valls considère véritablement que le manque d'autorité est un frein à la mise en oeuvre des réformes. Il a d'ailleurs assez vite prouvé qu'il ne comptait rien laisser passer. Souvenez-vous : il avait réagi très violemment à la fin de l'été, quand Arnaud Montebourg et Benoît Hamon avaient exprimé leurs divergences sur la ligne économique. Ni une ni deux, il les avait mis dehors, et avait demandé aux ministres restants de faire allégeance à sa ligne. "L'autorité", c'est comme ça qu'il a lui-même justifié sur le plateau du 20 heures de TF1 l'utilisation du 49-3 pour faire passer la loi Macron. "Nous avons aussi besoin d'autorité pour redresser le pays, nous ne pouvions pas jouer aux dés avec un texte aussi important que celui présenté par Emmanuel Macron", avait ainsi expliqué le Premier ministre. Sur le fond, c'est cohérent. Mais sur la forme, ça peut être contre-productif. Dans le cas de la loi Macron, c'est ce qui s'est passé. Mardi matin à l'Assemblée, Manuel Valls a exhorté les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant