Chaffanjon : l'amnésie de Moscovici

le
1
Pierre Moscovici incite la France à faire ce qu'il ne faisait pas lorsqu'il était ministre de l'Économie.
Pierre Moscovici incite la France à faire ce qu'il ne faisait pas lorsqu'il était ministre de l'Économie.

France Inter : Hier matin, le commissaire européen aux questions économiques Pierre Moscovici a estimé que "l'effort de la France n'est pas suffisant" pour réduire les déficits... Le problème, c'est que c'est difficile de le prendre au sérieux ?Charlotte Chaffanjon : Oui, Pierre Moscovici, il a été ministre de l'Économie de la France pendant deux ans. Ça n'a échappé à personne. Quand il a été nommé commissaire européen, avec l'appui de François Hollande, on se doutait qu'il devrait se livrer à un exercice assez improbable. Eh bien, ça y est, on le voit à l'oeuvre et ça relève effectivement de l'acrobatie plutôt dangereuse. Ce que dit Pierre Moscovici, c'est que "les réformes en France sont insuffisantes" pour réduire les déficits. Que maintenant que Bruxelles a encore accordé un délai à la France pour respecter ses engagements, il faut "que le gouvernement dise quelles réformes il va prendre, dans quels délais, sous quelles formes". Franchement, on se pince un peu...Ce qu'il dit n'est pas nouveau, Bruxelles appelle depuis longtemps la France à respecter ses engagements...Oui, le problème n'est pas le propos, mais celui qui les tient, et ça a son importance quand on veut être crédible. S'il y en a bien un qui a entendu ce type de recommandations de la part de Bruxelles, c'est lui, Pierre Moscovici, qui, lorsqu'il était à Bercy, n'a pas fait rentrer la France dans les clous. Et maintenant, voilà qu'il dit qu'il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jeepinv le jeudi 12 mar 2015 à 11:37

    Faites ce que je dis mais ne faites surtout pas ce que j'ai fait.