CGT : Thierry Lepaon, son plan caché pour garder la main

le
35
CGT : Thierry Lepaon, son plan caché pour garder la main
CGT : Thierry Lepaon, son plan caché pour garder la main

Acculé, dos au mur, Thierry Lepaon ne lâche rien. En pleine tempête, le secrétaire général de la CGT s'accroche contre vents et marées à son fauteuil et entend bien profiter de la trêve des confiseurs pour déployer sa stratégie afin de se maintenir à la tête de l'organisation. L'onde de choc des révélations sur le montant des travaux de rénovation de son logement (130 000 ¤), de son bureau (65 000 ¤) ou encore sur sa très conséquente prime de départ (31 000 ¤) n'en finit pourtant pas de se propager au sein de la CGT. Le premier syndicat de France traverse aujourd'hui la crise la plus grave de son histoire. La centrale est affaiblie, son image est ternie. Mais Thierry Lepaon ne plie pas.

Des méthodes pas toujours orthodoxes

Pourtant, le vent tourne : ses soutiens sont chaque jour moins nombreux. Poussées par la base de leurs militants, les très puissantes fédérations de la métallurgie et des mines-énergie viennent à leur tour de le lâcher pour gonfler les rangs de ceux qui réclament sa démission. Pas de quoi décourager Thierry Lepaon, qui continue à se démener.

Depuis le milieu de la semaine dernière, il est même passé à la vitesse supérieure, en mode résolument offensif. Mardi, à l'issue d'une nouvelle réunion de la commission exécutive du syndicat, il a fait savoir qu'il annoncerait -- ou pas -- sa démission lors d'une prochaine réunion de la commission programmée les 6 et 7 janvier prochains. Une façon de gagner du temps, persiflent ses détracteurs.

Depuis, en effet, Thierry Lepaon est sur tous les fronts. Il a lancé une offensive médiatique -- où ils s'insurgent contre « ceux qui, en interne, ont dévoilé des éléments comptables dans la presse et accouché d'un monstre qu'ils ne maîtrisent plus » -- et adressé une lettre aux adhérents (lire page 3) pour expliquer sa ligne de défense.

Dans la coulisse, il manoeuvre, multiplie les rendez-vous et ne ménage pas sa peine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chmey671 le lundi 22 déc 2014 à 14:42

    Logique il a une place en platine et un niveau de compétences professionnelles surement proche du zéro absolu (comment faire de pareilles "bêtises" autrement dans sa situation ultra privilégiée ?)Il a peur de rejoindre le nombre trop important de chômeurs en France surtout que lui risque d'être sur le carreau un moment ..... et se sera bien fait retour à la vraie vie qu'il était censé défendre

  • jean.e le lundi 22 déc 2014 à 11:01

    gesticule beaucoup comme n*botskyfinira pareil

  • 11246605 le lundi 22 déc 2014 à 09:50

    Il faut croire qu'en France aussi, tout s'achète. Les pots de vin déguisés pour les représentants du peuple qui ne défendent en fait que leurs poches et leur popularité.

  • M898407 le dimanche 21 déc 2014 à 22:57

    Honte à la CGT !

  • Gauvin45 le dimanche 21 déc 2014 à 22:10

    M73, viens suivre pépère sur un marathon et je pense que le viandox et le lit seront tes nouveaux amis, si tu y arrives...

  • paspil le dimanche 21 déc 2014 à 20:55

    moi je voudrais connaitre le plan caché pour bouffer les 15 millions de salariés...

  • supersum le dimanche 21 déc 2014 à 20:23

    Il attend sa retraite, tous est bon à prendre et mieux que l4ANPE

  • paspil le dimanche 21 déc 2014 à 20:14

    qd on veut diriger un troupeau on controle le berger visiblement ce dernier ne donne pas satisfaction on va le changer

  • paspil le dimanche 21 déc 2014 à 19:41

    un syndicat a besoin de moyens financiers le gouvernement controle le robinet il pourrait mettre le hola dans certains CE de grandes entreprises publiques il ne le fera jamais

  • Cambio17 le dimanche 21 déc 2014 à 19:36

    De toute façon les syndicats sont financés par les politiques et indirectement par nos impôts !