CGT : réunion cruciale pour Thierry Lepaon

le
8
CGT : réunion cruciale pour Thierry Lepaon
CGT : réunion cruciale pour Thierry Lepaon

Alors que les élections syndicales chez les fonctionnaires placeraient la CGT en tête, une question est sur toutes les lèvres : Thierry Lepaon doit-il en rester le secrétaire général ? C'est le principal sujet à l'ordre du jour de la réunion du bureau exécutif de la centrale, qui se tient ce vendredi, au siège de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Sur les dix membres de la direction du syndicat, une majorité souhaite en effet son départ. Celui qui a succédé à Bernard Thibault en 2012 apparaît aujourd'hui affaibli par une série de faux pas et de révélations. 

Dans un débat qui s'annonce tendu, l'inconnue est l'état d'esprit de Thierry Lepaon : acceptera-t-il de céder la place ou ira-t-il au clash ? «Il serait préférable qu'il accepte la démission, à la fois pour lui et dans l'intérêt de l'organisation, pour mettre fin à la crise, estime une source interne. Thierry Lepaon a perdu la confiance de l'organisation et il sera difficile pour lui de continuer à la diriger». Selon cette même source, s'il accepte le départ, Thierry Lepaon pourrait soumettre sa démission mardi prochain à la Commission exécutive (une cinquantaine de membres). Faute de quoi, celle-ci peut décider de convoquer le Comité confédéral national («parlement» de la centrale), habilité à décidé la révocation du secrétaire général. 

En attendant de connaître son sort, le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, a affirmé vendredi dans un message vidéo que son organisation restait «en tête» dans la fonction publique au vu des premiers résultats des élections professionnelles. «A l'heure qu'il est, nous n'avons pas tous les résultats, mais la CGT est la première force syndicale dans la fonction publique. C'est un point d'appui essentiel à la fois pour les agents, pour l'ensemble des salariés, mais également, je le pense véritablement pour l'ensemble des citoyens», a déclaré Lepaon, dans ce message. «La question des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MIKE3000 le vendredi 5 déc 2014 à 17:41

    La roue (du paon) tourne ...

  • dcabon le vendredi 5 déc 2014 à 14:01

    Le problème, c'est que même si Le Paon est foutu à la porte, la CGT garde entière sa capacité de nuisance. Il n'y a qu'à voir la n+1 ème grève à la SNCF ! Quand cessera-t-on de croire que ce syndicat de mafieux est "représentatif" de quoique ce soit d'autre que de leurs propres intérêts ?

  • perevert le vendredi 5 déc 2014 à 13:51

    Krazucki et son Q.I d'huître...qu'est ce qu'on rigolait bien à entendre parler ce gars, et dire que c'était l'élite de la CGT ! ça démontre le niveau...

  • pichou59 le vendredi 5 déc 2014 à 13:50

    Près de dix ans après les premières alertes sur les dérives au sein du Comité d’entreprise (CE) d’EDF, la justice est passée. Huit personnes physiques, ainsi que quatre personnes morales dont la CGT et le journal L’Humanité, ont été condamnées mercredi. Leur tort ? Avoir été responsables de détournements de fond, d'abus de confiance, de complicité ou encore de recel. Et la liste aurait pu s’allonger......

  • mi.gesti le vendredi 5 déc 2014 à 13:44

    dehors la cgt!!!

  • janaliz le vendredi 5 déc 2014 à 10:23

    Il aura du temps pour refaire les tapisseries et la peinture du nouvel appartement qu'il devra désormais louer à ses frais... Car je suppose qu'il devra quitter "l'apparatchik's appartement"...

  • ppetitj le vendredi 5 déc 2014 à 10:22

    Comment s'enrichir en se comportant comme le pire des patrons voyous et en faisant croire que l'on défend les ouvriers que l'on volent...Il est beau et fier le paon...

  • Road40 le vendredi 5 déc 2014 à 09:59

    rupture non conventionnelle pour notre bel oiseau ...