CGT : Lepaon poussé vers la sortie

le
3
CGT : Lepaon poussé vers la sortie
CGT : Lepaon poussé vers la sortie

Le glas a-t-il sonné pour Thierry Lepaon ? A la veille de la réunion de la commission exécutive (le gouvernement de la CGT) prévue aujourd'hui et demain avec à l'ordre du jour le sort du secrétaire général, un véritable tremblement de terre a secoué la centrale de Montreuil. Louis Viannet, 81 ans, numéro un de la centrale de 1992 à 1999, celui qui a oeuvré pour couper le cordon entre la CGT et le PCF, a décidé de porter le fer contre Thierry Lepaon. Il demande, dans une interview au « Monde », à l'actuel secrétaire général (sur la sellette depuis les révélations sur l'onéreuse rénovation de son appartement de fonction, de son bureau et sur ses indemnités perçues de la CGT Basse-Normandie), de rendre son mandat au plus vite. Il s'en « grandirait ». Car, aux yeux de Louis Viannet, la crédibilité du secrétaire général est « perdue à l'intérieur comme à l'extérieur » du syndicat. Jamais, dans l'histoire du syndicalisme, un ancien leader ne s'était permis une telle charge.

Si les appels à la démission se multiplient depuis des semaines, celui lancé hier par l'une des figures emblématiques de la CGT a fait l'effet du coup de grâce. « En clamant sa volonté de rester coûte que coûte dans sa responsabilité, Thierry Lepaon tend à confondre détermination et entêtement », dénonce-t-il. Des mots cinglants que les militants se repassaient en boucle hier. Et surtout les déclarations au vitriol démontant les arguments développés par Thierry Lepaon et ses proches pour assurer sa défense : « Certes les fuites ont bel et bien existé, la pression médiatique également. Mais si aucune faute n'avait été commise, il n'y aurait aujourd'hui ni fuite ni campagne des médias », tacle ainsi Viannet.

Une réunion discrète avant le réveillon

Le soldat Lepaon, qui espérait mettre à profit la trêve des confiseurs pour sauver sa tête, en est pour ses frais. Pendant les vacances, une dizaine d'émissaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MIKE3000 le mardi 6 jan 2015 à 09:07

    Le paon, on s'en fou, c'est la CIGITI qu'il faudrait pousser vers la sortie, ainsi que tous nos politiques! ...

  • M1017309 le mardi 6 jan 2015 à 08:09

    on s en fout, il faudrait faire la meme chose sur nos gouvernants quand ils font refaire leurs apparts de fonction aux frais du contribuable, la ça concerne la cgt et c'est monté en épingle vraiment pathétique

  • b.renie le mardi 6 jan 2015 à 07:24

    Cet accident qui a émergé du secret habituel de la direction de la CGT ne révèle-t-il pas l'impasse dans laquelle le syndicalisme dogmatique à la française s'est fourvoyé.La pratique du système partenaires sociaux a transformé le syndicalisme en groupe de pression influant la législation sous prétexte de défendre un modèle social CE QUI N'EST PAS SA RESPONSABILITE MAIS CELLE DES ELUS A LA CHAMBRE DES DEPUTES.