CGT : Lepaon à huis clos face aux cadres qui réclament sa démission

le
0
CGT : Lepaon à huis clos face aux cadres qui réclament sa démission
CGT : Lepaon à huis clos face aux cadres qui réclament sa démission

Sur la sellette depuis les révélations sur son train de vie, le numéro un de la CGT Thierry Lepaon, a dû affronter lundi les cadres dirigeants de son syndicat dont la plupart demandent sa démission. Les numéros un des fédérations et des unions départementales étaient en effet réunis toute la journée à huis clos au siège à Montreuil, près de Paris, avec pour seul ordre du jour : la crise qui ébranle depuis plusieurs semaines le premier syndicat français.

«Thierry Lepaon s'est expliqué sur les éléments qui sont parus dans la presse» a expliqué Nathalie Gamiochipi, secrétaire générale de la fédération santé, la deuxième de la centrale. Selon elle, «la question de démission ou pas démission a été très présente dans les échanges», mais pour l'heure, toujours rien de concret. Le sort du numéro un de la CGT devrait en effet être scellé le 13 janvier, date du Comité confédéral national (CCN), le «parlement» de la CGT, seul habilité à révoquer Thierry Lepaon.

De nombreuses fédérations réclament sa démission

En attendant, rien ne filtre. «On a débattu entre nous calmement» mais cette réunion «ne regarde que la CGT», a commenté Vincent Delbar (UD Nord), à l'issue de la rencontre. Son camarade Philippe Brossard (UD Orne) a évoqué un «climat serein» et une réunion «dans le calme et dans l'écoute».

Toutefois un après-Lepaon semble se dessiner. Avant la réunion, plusieurs fédérations ont réclamé la tête du secrétaire général. Pour la fédération des services publics, la plus puissante de la centrale, «la meilleure solution pour rassembler la CGT est la démission de Thierry» dans «les plus brefs délais». Même décision de la part de la fédération de la fonction publique (UGFF) qui souligne «la nécessité d'une cessation urgente des fonctions du secrétaire général». D'autres unions locales se sont prononcées pour la convocation rapide d'un Congrès en 2015, alors ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant