CGG: lanterne rouge du SBF 120 avec la baisse du pétrole.

le
0

(CercleFinance.com) - Le rebond de vendredi a fait long feu et CGG connaît une nouvelle séance boursière difficile. En recul de 4,6% peu après 15h, le titre du groupe parapétrolier spécialisé dans l'ingénierie sismique pâtit de la baisse des prix du pétrole... et renforce encore, si besoin était, sa réputation de dossier à haut risque.

Au moment où nous écrivons ces lignes, le baril de Brent lâche ainsi 1,2% pour repasser sous les 55 dollars, celui de WTI se repliant pour sa part de 1,5% à 52,4 dollars.

Un 'coup de mou' qui relègue au second plan l'annonce ce lundi avant marché d'une réduction des coûts d'affrètement des navires de CGG, qui conformément à sa volonté d'assainir sa fragile situation financière s'est entendu avec sa filiale norvégienne Exploration Investment Ressources II. Des accords ont en effet été signés afin de réduire significativement les montants dus en vertu des contrats d'affrètement (garantis par CGG) de 3 navires d'exploration sismique mis à l'arrêt en l'échange du règlement de montants convenus.

Dans le cadre des accords permettant de régler ces montants sans utiliser sa trésorerie, le groupe a émis vendredi dernier des obligations portant intérêt à un taux de 6,5% à échéance 2021 pour un montant nominal total de 58,6 millions de dollars souscrites par les cocontractants aux contrats d'affrètement concernés.

Une bonne nouvelle, à défaut d'être saluée par les investisseurs, pour un groupe qui a fait de la gestion de ses coûts, du cash et de la préservation de sa liquidité l'une de ses priorités, ce qui étant donné l'environnement toujours dégradé dans lequel CGG évolue n'est pas une mince affaire.

On rappellera également que le mois qui touche à sa fin a été pour le moins éprouvant, avec l'annonce selon laquelle le volume d'après-vente sera inférieur aux attentes au titre du dernier trimestre et l'abaissement de sa notation par S&P de 2 crans, de 'CCC+' à 'CCC-'.

D'une façon plus générale, nombre de spécialistes jugent inévitable une augmentation de capital dans les mois qui viennent, alors qu'au plan boursier le titre a déjà plongé de plus de 26% depuis le 1er janvier. Pour une capitalisation boursière d'à peine 224 millions d'euros...

(G.D.)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant