Cevital offre de reprendre 1.200 salariés de FagorBrandt

le
0
LE GROUPE ALGÉRIEN CEVITAL OFFRE DE REPRENDRE 1.200 SALARIÉS DE FAGORBRANDT
LE GROUPE ALGÉRIEN CEVITAL OFFRE DE REPRENDRE 1.200 SALARIÉS DE FAGORBRANDT

PARIS (Reuters) - Le groupe algérien Cevital a déposé l'offre "la mieux-disante socialement" pour FagorBrandt en proposant de reprendre environ 1.200 salariés, sur un total de 1.800, et quatre sites du groupe d'électroménager français en redressement judiciaire, a-t-on appris mercredi.

Le fonds d'investissement américain Sun Capital a également déposé une offre de reprise globale mais dans un périmètre moins large. S'ajoutent deux autres offres partielles portant sur les sites vendéens du groupe.

Dans un communiqué, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a déclaré que l'offre de Cevital "devrait pouvoir être améliorée" d'ici à la prochaine audience du tribunal de commerce de Nanterre, prévue le 13 février.

Il souligne qu'il "utilisera tout son poids pour permettre la reprise de la quasi-totalité des sites français et la sauvegarde du plus grand nombre possible d'emplois, conditions non encore satisfaites à ce jour.".

La filiale française du groupe espagnol Fagor a été placée en redressement judiciaire après avoir déposé son bilan début novembre, victime des difficultés de sa maison mère.

Estimant que l'entreprise était viable avec ses marques à forte notoriété comme Vedette, Brandt, Sauter ou De Dietrich, Arnaud Montebourg a fait débloquer 10 millions d'euros de fonds publics pour lui permettre, avec en parallèle un geste des banques créancières, de redémarrer son activité en fin d'année.

DES OFFRES SÉPARÉES POUR LE SITES VENDÉENS

Les quatre offres de reprises retenues par le tribunal de commerces ont été présentées mercredi aux représentants du personnel de FagorBrandt.

Le groupe diversifié algérien Cevital, dont une filiale est spécialisée dans l'électroménager, a proposé de reprendre les sites industriels d'Orléans (Loiret) et Vendôme (Loir-et-Cher), le siège de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) et les services après-vente de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise), le tout représentant environ 1.200 emplois.

S'y ajoutent les filiales de FagorBrandt au Royaume-Uni, en Suisse et à Singapour, ainsi que des actifs de Fagor à l'étranger pour "construire un acteur régional de l'électroménager" en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

L'offre de Sun International porte sur les sites d'Orléans, Rueil-Malmaison et Cergy-Pontoise et permettrait de conserver de 700 à 1.000 emplois.

Les deux derniers candidats sont le groupe français de plasturgie Variance Technologie, intéressé par les deux sites vendéens de Fagor-Brandt (La Roche-sur-Yon et Aizenay), et un fournisseur du groupe spécialisé dans les moteurs pour l'électroménager, qui ne reprendrait que La Roche-sur-Yon.

Ce dernier projet est conditionné à un accord avec le repreneur du groupe.

Yann Le Guernigou, édité par Emmanuel Jarry

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant