Cette ville-fantôme est la troisième plus grosse cité de Californie

le
0

VIDÉO - En plein désert Mojave, California City créée en 1958 est en surface la 3e ville de Californie. Mais après une vague de spéculation, le développement n’est jamais venu et la cité ne compte que 14.000 habitants.

Cinquante ans après ses rêves de grandeur, California City est quasiment une ville-fantôme attirant surtout les curieux et les touristes. Et pourtant, en 1958, en plein âge d’or de la Californie, Nathan Mendelsohn fonde de gros espoirs sur cette ville nouvelle. Ce professeur devenu promoteur avait alors acheté 330 km² de terrain dans le désert Mojave, à une centaine de kilomètres de Los Angeles. A terme, il avait planifié le développement de la cité sur 520 km² et comptait bien rivaliser avec les principales agglomérations du pays.

Comme le relate dans sa vidéo le YouTubeur américain Tom Scott, rien ne s’est déroulé comme prévu. Les investisseurs sont bien venus dans un premier temps attirés par les perspectives d’enrichissement de cette nouvelle villes percées de larges avenues fleurant bon le triomphe de l’automobile, avec son Cadillac Boulevard, son Volvo Drive, ou sa Dodge Street. Mais après la vente de dizaines de milliers de lots, l’enthousiasme des spéculateurs n’a finalement été qu’une folie passagère.

Prison et fans de Mad Max

La plupart des parcelles n’ont jamais été bâties et bon nombre d’entre elles sont même redevenues propriété de l’Etat, les propriétaires préférant ne plus avoir à régler leur taxe foncière. Parmi les rares installations achevées dans cette ville-fantôme: son «Central Park», une oasis de verdure de près d’un kilomètre carré au cœur de la cité et que Nathan Mendelsohn a développé en s’inspirant du célèbre parc de Manhattan. L’endroit plutôt plaisant n’avait pourtant pas réussi à attirer plus de 7000 habitants au milieu des années 70 et aujourd’hui encore, la ville compte à peine 14.000 personnes vivant sur place.

Malgré tout, les promoteurs et propriétaires locaux n’abandonnent pas totalement l’idée d’un futur plus radieux pour California city. En attendant, la cité tire profit comme elle peut de son statut de ville-fantôme. Elle accueille ainsi depuis 2014 une vaste prison et attire désormais tous les ans un rassemblant de fans du film Mad Max qui y ont trouvé le lieu idéal pour recréer l’atmosphère de la saga.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant