« Cette primaire, c'est un peu notre présidentielle à nous ! »

le , mis à jour à 06:33
0
« Cette primaire, c'est un peu notre présidentielle à nous ! »
« Cette primaire, c'est un peu notre présidentielle à nous ! »

A six mois presque jour pour jour du premier tour de l'élection présidentielle, notre journal va à la rencontre des Français. Pour sonder leurs espoirs, écouter leurs difficultés, leur donner la parole. Aujourd'hui, plongée à Saint-Germain-en-Laye, commune des Yvelines.

 

Une étrange effervescence saisit la paisible cité de Saint-Germain-en-Laye depuis quelques semaines. A l'ombre du Château Vieux, naguère résidence des rois de France, la très huppée place du marché bruisse d'appels de camelots et vendeurs de denrées de saison. Mais le vendeur de crêpes n'est plus la principale attraction de la place aux arcades. Des militants lui ont volé la vedette, et par petits groupes, tracts sous le bras, interpellent le chaland. François Fillon, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy ou Bruno Le Maire, tous sont représentés.

 

La compétition entre les Républicains aiguise, ici plus qu'ailleurs, la curiosité. Voilà trente ans que les 40 000 habitants de cette commune bourgeoise des Yvelines octroient à la droite, scrutin après scrutin, des victoires sans partage. « Cette primaire, c'est un peu notre présidentielle à nous ! » plaisante Armelle, qui observe la séance de tractage en sirotant un café en terrasse. Saint-Germanoise depuis près de cinquante ans -- dont dix à la retraite --, elle ira « comme tout le monde » le 20 novembre, jour du premier tour, à l'école du coin, où un rideau suspendu à une corde à linge fera office d'isoloir.

 

« Bruno Le Maire, il est bien, mais ce sera pour plus tard. Il n'a pas encore les épaules. Sarkozy, en tant que président, a raté beaucoup de choses, comme Fillon d'ailleurs. Ce sera donc Juppé, décline-t-elle. Mais il faut qu'il soit avec quelqu'un d'énergique. » La veille encore, elle a reçu par texto, comme nombre d'administrés, une invitation à une réunion de soutien à un des candidats. Qu'il s'agisse d'un meeting, d'une rencontre ou de porte-à-porte, difficile à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant