Cette France qui vote Front national

le
4
La France des pavillons traitée par le mépris par les politiques constitue le gros de l'électorat Front national (photo d'illustration).
La France des pavillons traitée par le mépris par les politiques constitue le gros de l'électorat Front national (photo d'illustration).

C'est un peu la France de nulle part, ni citadine ni campagnarde. Elle est coincée entre un couloir aérien, une autoroute et/ou une voie de chemin de fer. À chaque élection, elle tente de se faire entendre. "La France des marges et des lisières", résume le député PS Olivier Faure, élu de la 11e circonscription de Seine-et-Marne, l'un de ces lieux où prospère sans bruit le Front national. Dimanche, encore une fois, la France des périurbains a donné sa voix au Front national.

Plusieurs études, notamment de l'Ifop, l'ont démontré : dans le coeur des grandes villes et en périphérie proche, à Paris, à Marseille ou à Toulouse, les partis traditionnels (PS, UMP...) remportent les suffrages, loin devant le FN. Plus on s'en éloigne, plus le vote frontiste croît. À 30-40 kilomètres du centre urbain, il est au plus haut, avant de refluer ensuite. À cette distance, en Seine-et-Marne, voici Pontault-Combault (25 % au premier tour des municipales de mars, même score dimanche) ou Nandy (22 % en mars, 26 % dimanche).

Déprimant

De petites villes qui ont grandi trop vite, ni laides ni moches, avec leurs petits pavillons et quelques barres d'immeubles, un peu de délinquance, mais pas trop, de rares magasins, peu de services publics, et beaucoup, beaucoup de frustrations. Les anciens voient d'un mauvais oeil l'arrivée des nouveaux, surtout s'ils sont plus aidés qu'eux, et les nouveaux voient leur rêve - être enfin propriétaire - tourner court : à part...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mercredi 28 mai 2014 à 12:25

    conclusion hâtive d'un journaliste : il y a aussi internet...même les séniors s'y mettent : le "petit peuple" connait TOUT il n'est pas dupe : élus collés sur leur(s) siège(s), qui se battent pour la place, à regarder le nombre de listes (espéranto.....) et la "sainte touche" sans cotisations sociales..... et pendant se temps, les problèmes continuent, impôts, délinquance pillage des caisses sociales et de retraite inégalités qui s'accentuent les énarques élus... se réservent les bons JOBS

  • c.monti1 le mercredi 28 mai 2014 à 11:40

    N importe quel parent qui a des enfants en age de sortir voit bien que les villes sont tenues par les délinquants non suédois, motivations diverses voleurs bagarreurs sexistes vulgaires antisémites ...

  • frk987 le mercredi 28 mai 2014 à 11:19

    C'est tout simplement l'électeur qui en a ras le bol de cette immigration non intégrable, tout le reste est de la littérature de ch..iottes.

  • M8252219 le mardi 27 mai 2014 à 14:21

    Le jour ou nos politiciens auront compris que l'exemple vient d'en haut et qu'ils commenceront à réduire leurs avantages, rémunérations, passe-droits et clientélismes.ALORS PEUT-ÊTRE QUE LE PEUPLE LES REPRENDRA EN CONSIDÉRATION.