Cette folle campagne qui a fracturé les Etats-Unis

le
0
Cette folle campagne qui a fracturé les Etats-Unis
Cette folle campagne qui a fracturé les Etats-Unis

Cette année, l'émergence, à la surprise générale, d'un candidat populiste, Donald Trump, aux accents sexistes et xénophobes a hystérisé le débat national, les meetings et les plateaux télévisés. La violence des échanges entre les deux personnalités aussi impopulaires l'une que l'autre, leurs divergences profondes sur l'avenir de la société américaine n'ont évidemment pas laissé indifférents les Américains.

 

Mais si l'Amérique est devenue depuis quelques mois une vaste agora où les idées s'entrechoquent, les citoyens, eux, au quotidien, ont préféré jouer la carte de la retenue. De la machine à café dans les entreprises aux repas de famille. « Nous ne voulons pas savoir qui vote pour qui dans le quartier », confesse Patricia, une cadre sexagénaire pro-Clinton qui habite dans une banlieue rurale de Philadelphie (Pennsylvanie). « D'habitude, continue-t-elle, chacun plantait dans son jardin la pancarte du candidat qu'il soutenait. Cette année, personne n'ose. Les démocrates, notamment, craignent d'apprendre que leurs voisins votent pour Trump. »

 

Dans les villes et le long des « highways » (routes et autoroutes), les panneaux électoraux sont plus à l'effigie des candidats aux élections locales — Congrès, mairies et même tribunaux — qui ont eu lieu aussi hier, beaucoup moins conflictuelles que la compétition présidentielle. Devant un bureau de vote d'Alexandria (Virginie), Julie, une employée de 35 ans qui s'apprête à voter démocrate, constate elle aussi une grande discrétion de la part de la population. « La parole est plus compliquée cette année, entre amis, au sein de la famille. C'est surtout la présence d'électeurs de Trump dans notre premier cercle qui mettrait tout le monde mal à l'aise, les pro-Clinton comme les pro-Trump eux-mêmes qui, très souvent, n'osent pas avouer leur choix. »

 

Discrétion au travail

 

« Quand on est entre républicains, on peut discuter, confirme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant