Cette Fiorentina a une belle tête d'outsider

le
0
Cette Fiorentina a une belle tête d'outsider
Cette Fiorentina a une belle tête d'outsider

Le hasard du calendrier fait que les deux premiers du classement s'affrontent ce soir à San Siro. En effet, la Fiorentina se déplace à Milan en tant que dauphin de l'Inter, et pourrait même prétendre à plus les mois à venir.

17 ans que la Fiorentina ne débutait pas aussi bien une saison de Serie A, c'était celle de Trapattoni qui avait remporté ses quatre premiers matchs contre l'Empoli, Vicenza, le Milan et l'Udinese avant de chuter chez la Roma. C'était aussi la Fiorentina de Batistuta et Edmundo, longtemps leader du championnat, avant que le premier ne se blesse et le second ne rentre au Brésil pour participer au carnaval de Rio. Celle de Paulo Sousa est plus modeste, ça tombe bien, la Serie A également, alors on se dit qu'il y a un petit coup à jouer.

Un été qui en disait long


Et ce n'était pourtant pas gagné. Comme tout ancien juventino, le technicien portugais a dû faire avec la méfiance des Florentins qu'il a cependant rapidement convaincus par son sérieux. Ses deux saisons à Turin en tant que joueur ont été archivées grâce à une belle prépa'. Victoire 2-0 contre le Barça, succès 1-0 à Stamford Bridge contre Chelsea, des amicaux estivaux qui ont peu de légitimité dans l'optique d'une analyse à long terme, mais qu'on décrédibilise parfois trop hâtivement. Ces "exploits" ont en tout cas permis de détendre l'atmosphère après l'affaire Salah qui avait échaudé tout le monde, des dirigeants aux supporters. Mais si ces deux factions étaient unies dans la colère envers l'Égyptien, elles restent séparées par une série de désaccords concernant les ambitions du club. Un constat sévère de la part des tifosi, puisque la Fiorentina reste sur trois quatrièmes places consécutives, celle du con certes, car première non qualificative pour la Ligue des champions, mais tout à fait en adéquation avec le potentiel financier de ce club. Propriétaires du club, les frères Della Valle ne comprennent pas. À juste titre.

Une équipe encore en rodage


Avec le recul, on peut affirmer que l'ère Montella s'est conclue au bon moment. Sa Fiorentina produisait le plus beau jeu d'Italie, mais ne récoltait pas toujours ce qu'elle semait et le rapport avec dirigeants et supporters s'était détérioré. Son successeur a une approche différente, fini le tiki-taka, place à un milieu plus musclé avec deux purs défensifs qui protègent une défense qui a historiquement souffert durant le cycle précédent. Résultat, trois buts encaissés lors de la seule défaite chez le Torino. Mais l'héritage "montelliano" n'est pas renié. En effet, la Viola




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant