Cette étrange rébellion qui cerne Bangui

le
0
Les insurgés centrafricains bénéficient d'une logistique importante et sans doute de soutiens politiques au Tchad.

Ils étaient inconnus il y a encore quelques semaines. Depuis la Séléka, la rébellion centrafricaine est sortie de ses bases historiques du Nord et a pris le contrôle d'une bonne partie du pays. Mais, malgré tout, le mouvement demeure largement mystérieux. «On ne sait que peu de chose», reconnaît Thierry Vircoulon, chercheur à l'International Crisis Group (ICG). Cette coalition de groupes - Séléka signifiant alliance en sango - semble le fruit, au moins au départ, des hasards que d'autre chose.

Deux vieilles rébellions, l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) et le Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), lassées des promesses non tenues et des discours sans suite du pouvoir, ont fini par joindre leurs maigres forces. Les premières victoires leur ont apporté le soutien d'autres insurgés, aux rayons d'a...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant