Cette Allemagne avance vite

le
0
Cette Allemagne avance vite
Cette Allemagne avance vite

Après une phase de poules laborieuses, l'Allemagne a surclassé la Slovaquie pour assurer sa place dans le top 8 européen. Surtout, elle a affiché des progrès dans le jeu qui en font désormais l'équipe la plus sexy du tournoi.


Une Croatie éliminée par le Portugal après un non-match, une équipe de France toujours aussi laborieuse, un Pays de Galles ou une Pologne qui jouent avec leurs armes. C'est à dire surtout de la discipline et du courage... Jusqu'à la prestation de l'Allemagne contre la Slovaquie, le plateau de la phase finale de l'Euro 2016 ne faisait pas forcément plaisir à voir. Fluide et inspirée, efficace et joueuse, l'équipe de Joachim Löw a proposé le meilleur fond de jeu de ces huitièmes de finale. Le but rapide de Jérôme Boateng a forcément facilité la tâche des Allemands. Mais d'entrée de jeu, il a semblé évident que ces derniers étaient dans de bonnes dispositions. Après une phase de poules poussive marquée par un manque de maîtrise contre l'Ukraine et surtout la Pologne, la Nationalmannschaft semble désormais avoir terminé sa phase de rodage. Au meilleur des moments, comme l'a estimé Jan Kozak après la fessée reçu à Lille : " Ils ont peut être commencé doucement dans leur groupe, mais le match contre l'Irlande du nord avait déjà montré qu'ils étaient montés en puissance. " Les prochains adversaires de l'Allemagne, à défaut de succomber, vont souffrir.

Plus belle la vie sans Götze


Löw avait débuté son Euro avec Götze en pointe. Force est de constater que le milieu offensif du Bayern ne devrait pas retrouver sa place de titulaire sauf blessures dans l'effectif allemand. En attaquant de pointe, Mario Gomez a déjà marqué deux buts en deux matchs, et surtout, apporté beaucoup plus avec, certes, moins de mobilité mais une plus grande présence devant la surface ou dedans. Dans un registre plus comparable à l'ancien du Borussia Dortmund, Julian Draxler a été éblouissant sur le côté gauche de l'attaque allemande contre les Slovaques. Passeur décisif pour Gomez, buteur sur le troisième but et intenable pendant tout le match, le milieu offensif de Wolfburg a même logiquement été élu meilleur joueur du match par le jury de l'UEFA. Et justifié sa place dans le onze de Joachim Löw, où Mezüt Özil a, malgré un penalty raté, également montré des choses intéressantes. En un match, l'Allemagne a marqué autant de buts qu'en phase de poules, comme un signe que le manque…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant