CETA-Tusk espère que la signature du traité puisse se faire jeudi

le
3
 (Actualisé avec négociations, citations) 
    BRUXELLES, 26 octobre (Reuters) - Le président du Conseil 
européen, Donald Tusk, a estimé mercredi que la tenue d'un 
sommet entre l'Union européenne et le Canada demeurait encore 
possible jeudi pour signer le projet d'accord de libre-échange 
CETA. 
    La signature de cet accord se heurte au veto du Parlement 
wallon, soutenu par la région de Bruxelles-Capitale, qui demande 
des modifications qui se heurtent à l'opposition non du Canada 
qui les a acceptées mais des autorités européennes. 
    Sans l'accord de ses régions et de ses communautés 
linguistiques, notamment la communauté germanophone, la Belgique 
ne peut pas signer l'accord CETA comme prévu jeudi en présence 
du Premier ministre canadien Justin Trudeau lors du Conseil 
européen à Bruxelles. 
    "J'espère que la Belgique va démontrer qu'elle est une 
championne du consensus et que nous pourrons finaliser cet 
accord prochainement", a commenté Donald Tusk devant le 
Parlement européen. 
    Le président du CE a estimé que l'absence de ratification du 
traité CETA aurait des conséquences sur la position de l'Union 
européenne au niveau mondial. Il a rappelé que le Canada était 
le pays le plus européen en dehors de l'Europe. 
    "Au moment où nous parlons, le sommet de demain reste 
toujours possible", a-t-il ajouté. 
    Le gouvernement fédéral du Premier ministre Charles Michel a 
entamé des discussions avec les autorités régionales dès mardi 
matin mais n'est pas parvenu, malgré six heures de réunion, à 
trouver une solution au veto de la Wallonie. 
    Les négociations, qui se sont poursuivies mercredi matin, 
ont été interrompues au bout de deux heures afin de permettre 
aux participants d'assister à l'enterrement d'un responsable 
politique belge. Leur reprise est prévue à 15h00 (13h00 GMT). 
    Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker 
a également fait part de son optimisme devant le Parlement  
européen, estimant qu'un compromis pourrait être trouvé dans la 
journée. 
    "L'accord entre l'UE et le Canada est conclu et nous en 
sommes très contents", a déclaré le ministre-président de 
Wallonie, le socialiste Paul Magnette. "Mais il demeure certains 
problèmes entre l'Europe et la Belgique et nous faisons de notre 
mieux pour les résoudre", a-t-il ajouté devant la presse à la 
pause des discussions. 
    Oliver Paasch, qui dirige la communauté germanophone de 
Belgique, a lui aussi souhaité des améliorations tout en 
reconnaissant que des progrès avaient été enregistrés. 
    "Aujourd'hui la Commission européenne a fait de nombreuses 
concessions, je pense qu'un accord est possible aussi en 
Belgique", a dit Oliver Paasch à la télévision de Reuters. 
     
 
 (Philip Blenkinsop et Robert-Jan Bartunek; Pierre Sérisier pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jpc50 il y a 6 mois

    On ne peut décidément rien attendre de bon des technocrates de l'UE quant à nous français nos politiciens leur sont totalement inféodés, l'Europe, l'Europe, l'Europe. Eh bien l'Europe, ils sont en train de la démolir ces clowns.

  • mlaure13 il y a 6 mois

    Mais pas à n'importes quelles conditions...courage les Wallons...;-)))

  • franck8 il y a 6 mois

    On croyait que c'était avec le Canada qu'il fallait négocier pour avoir un meilleur traité. Et bien non ! C'est avec les "autorités européennes" ! Alors ces "autorités" sont-elles incompétentes ? ou intéressées ?