CETA : le sommet Canada-UE pour la signature du traité n'aura pas lieu

le , mis à jour à 11:22
2
CETA : le sommet Canada-UE pour la signature du traité n'aura pas lieu
CETA : le sommet Canada-UE pour la signature du traité n'aura pas lieu

Le Premier ministre candien Justin Trudeau ne fera pas le déplacement à Bruxelles. L'incapacité des différentes parties belges de se mettre d'accord sur une position commune face au CETA, le traité de libre-échange entre Canadiens et Européens, a fait capoter le sommet Canada-Union européenne. Il était prévu jeudi dans la capitale belge pour la signature officielle du texte. «Pour l'instant, aucune nouvelle date n'est fixée», a affirmé une source européenne.

 

 Depuis plusieurs jours, le gouvernement fédéral tente en vain de convaincre la région francophone de Wallonie, la région de Bruxelles-Capitale et la «Communauté française» de revenir sur leur veto. Cette position bloque la signature du CETA par la Belgique et, en conséquence, par l'Union européenne toute entière. Mercredi, une énième réunion de concertation entre les représentants des différentes régions et communautés linguistiques de Belgique a encore débouché sur une impasse.

 

L'Europe dans l'attente

 

«Nous attendons toujours une réponse concrète de la part des entités fédérées», n'a pu que constater mercredi soir le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders. Pour la quatrième fois en 24 heures, les différentes régions et communautés linguistiques belges se sont retrouvées jeudi matin avec le gouvernement fédéral afin de parachever leur position.

 

La Belgique doit envoyer sa position dans la foulée aux ambassadeurs des 27 Etats-membres de l'Union européenne à Bruxelles qui se réuniront une heure plus tard. «Les textes sont là. La seule chose que le gouvernement fédéral attend maintenant, c'est que les régions nous disent exactement quelle est leur réponse», a répété Didier Reynders en sortant de la dernière session de concertation.

 

VIDEO. CETA : la Belgique tente d'accorder ses violons 

 

Après cette déclaration, Cameron Ahmad, porte-parole du Premier ministre canadien a indiqué ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcsim5 il y a 5 mois

    15 milliards sans rien faire : "La compagnie de pipelines canadiens TransCanada Inc poursuit en justice le Gouvernement Américain et demande 15 milliards $ de dédommagement pour l’annulation de la construction de l’oléoduc transfrontalier Keystone XL entre les USA et le Canada. Sur la base de l’accord de libre-échange nord-américain (Aléna)""

  • franck8 il y a 5 mois

    Les Wallons, héros européens !