Cet été, les vacances c'est une semaine maxi

le
0
Cet été, les vacances c'est une semaine maxi
Cet été, les vacances c'est une semaine maxi

Si le cru touristique 2015 s'annonce d'ores et déjà bon, c'est notamment grâce à un phénomène d'une ampleur exceptionnelle cette année : le boom des courts séjours d'une semaine. Une tendance dans l'Hexagone qui fait le bonheur des Gîtes de France. « Ce mois de juillet est très bon, confirme Anne-Catherine Péchinot, directrice générale. Notre chiffre d'affaires est en hausse de 40 % par rapport à l'an dernier, et le nombre de nos nuitées de 38 % ! » Or, les Gîtes sont justement spécialisés dans la location à la semaine... « Notre clientèle habituelle de juillet nous est restée fidèle, estime la responsable. Mais la météo exceptionnelle a dopé les ventes de dernière minute. Le 14 juillet, notre plate-forme de réservation téléphonique a failli exploser ! »

« Cet été, 2 millions de Français de plus que l'an dernier partiront en vacances, explique Didier Arino, expert du cabinet Protourisme. Ce volume supplémentaire se porte essentiellement sur du court séjour et du séjour d'une semaine. C'est normal : 25 % des foyers français ont un budget de 500 € ou moins pour partir en congés estivaux. A ce tarif-là, soit on est hébergé gratuitement, soit on part peu longtemps. »

Mais la mode « une semaine » affecte aussi les voyages à l'étranger, et les familles disposant de revenus confortables. « C'est une tendance assez marquée depuis deux ans et, cette année, c'est un vrai boom. Ce vendredi matin, nous étions débordés d'appels de personnes voulant décoller demain, et juste pour sept jours », avoue Corinne Louison, directrice générale adjointe de Directours.

« Les Français partent de plus en plus en fractionné, une semaine chez eux, puis une autre en famille, continue-t-elle. C'est souvent pour des raisons budgétaires, même pour les CSP +. Il est beaucoup plus facile de partir au dernier moment, voire en toute dernière minute, pour une semaine, car il y a encore des disponibilités, et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant