Cet été, découvrez l'acroyoga

le , mis à jour à 12:19
0
Cet été, découvrez l'acroyoga
Cet été, découvrez l'acroyoga

Ludique et accessible à tous. Pourtant, à voir les adeptes de l'acroyoga dans les jardins ensoleillés de Paris passer d'une position acrobatique à une autre, virevolter et enchaîner les birds, les trônes, les stars et d'autres positions toutes plus incongrues les unes que les autres, on se dit que cette pratique n'est pas pour tout le monde. Ses aficionados — les acroyogis — semblent dotés de dons surnaturels et être irraisonnés, ne faisant qu'un avec la nature.

 

Ce phénomène importé des Etats-Unis il y a cinq ans, qui combine le yoga et les acrobaties, compte de plus en plus d'adeptes. Ils seraient environ 300 aujourd'hui en France. Leur terrain de jeu est... partout : aussi bien en salle — où des cours sont dispensés — que sur le béton ou l'herbe. A condition de ne jamais oublier son tapis de sol, pour davantage de confort.

 

Justine, mèche verte dans les cheveux, fait partie de ce qu'elle appelle une « communauté ». Il y a presque deux ans, elle s'est laissée tenter par cette pratique, sur les conseils de son kiné. « Je faisais beaucoup de gym, mais j'ai eu un accident. Je ne voulais pas reprendre une activité trop violente après mes séances de kiné. » L'acroyoga s'est révélé être le meilleur compromis pour la jeune fille. Cet été, elle compte bien participer aux « jams » (des rendez-vous libres en plein air, généralement fixés à travers les communautés sur les réseaux sociaux) pour s'adonner à sa passion.

 

Mais que les plus circonspects ne s'y méprennent pas : « C'est une activité ouverte à tous, même aux personnes qui n'ont jamais fait de sport, encore moins de yoga », affirme, rassurante, l'étudiante en anglais. Exit donc les heures de drainage et les exercices de souplesse à n'en plus finir. « Tout le monde est le bienvenu ! » A condition de faire preuve d'un minimum de responsabilité. « On n'est jamais en danger dans la mesure où il y a toujours un spotter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant