Cet enfant a dormi onze jours d'affilée  !

le
0
Cet enfant a dormi onze jours d'affilée  !
Cet enfant a dormi onze jours d'affilée  !

C'est une histoire à dormir debout qui passionne actuellement l'Amérique ! Wyatt Shaw, un garçonnet du Kentucky âgé de 7 ans, a fermé l'oeil durant onze jours sans jamais se réveiller. Le plus fou, c'est que tous les spécialistes qui se sont penchés sur son cas sont incapables d'expliquer les raisons de cette quasi-hibernation.

 

Tout a commencé au lendemain du mariage de son oncle. Wyatt, le garçon d'honneur qui avait dansé jusqu'au bout de la nuit, se lève avec des maux de ventre et de tête avant de plonger dans un sommeil de plomb qui n'est pas un coma. Transféré à l'hôpital, le jeune patient, sans aucun problème de santé jusque-là, subit une batterie de tests -- ponction lombaire, IRM, électroencéphalogramme, prise de sang, angiographie... -- qui ne permettent pas d'identifier le mal. Seule certitude : l'enfant, dans un état léthargique profond, ne souffre d'aucun virus.

 

 

Community rallies behind family of sleeping boy https://t.co/aDKR3jusfx via @NEheadlines

-- The News-Enterprise (@NEheadlines) 15 octobre 2017

 

 

 

L'équipe de blouses blanches se tourne alors vers les experts de la clinique, de réputation mondiale, Mayo, dans le Minnesota. Sans résultat. Un ponte londonien réussit finalement à libérer le dormeur des bras de Morphée, en lui administrant un médicament destiné d'ordinaire aux patients ayant une crise d'épilepsie. Jusqu'à présent, le record de roupillon non-stop observé par ce spécialiste était de dix jours. Aujourd'hui, Wyatt, suivi dans un centre de rééducation, a retrouvé ses esprits mais peine toujours à s'exprimer et à marcher.

 

Pas le syndrome de la Belle au bois dormant

 

Le corps médical n'a pas diagnostiqué de syndrome de Kleine-Levin autrement appelé syndrome de la Belle au bois dormant. Mais Wyatt présente tout de même quelques symptômes de cette maladie très rare frappant environ trois personnes sur un million. « Elle provoque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant