Cet argent liquide qui irrigue la police

le
3
Alors que Manuel Valls a demandé un audit suite aux explications de Claude Guéant, enquête sur «la cassette du DGPN».

Claude Guéant a-t-il ouvert la boîte de Pandore en évoquant ses primes en liquide, après la perquisition de son domicile en février dernier? Il pensait pourvoir justifier de certains achats, pour un montant de 20.000 à 25.000 euros, effectués entre 2002 et 2006. Pour acquérir des biens ménagers, réglés sur factures. Et voici que ses explications justifient une enquête administrative réclamée par le ministre de l'Intérieur actuel, Manuel Valls, à la demande, dit-on, de Jean-Marc Ayrault à Matignon.

Les primes qu'aurait touchées l'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy étaient, à en croire Claude Guéant, des primes issues de la ligne budgétaire des «frais d'enquête et de surveillance» attribués à la Place Beauvau de façon tout à fait légale, puisque cette ligne est votée par le Parlement dans le budget annuel du ministère de l'Intérieur. Res...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KrnivOR le mercredi 15 mai 2013 à 18:53

    mais voyons qui donc à le droit d'avoir du liquide de nos jours ? seulement nos créanciers les banquiers voyons.

  • mlaure13 le samedi 4 mai 2013 à 18:15

    C'est les mêmes qui touchent et qui contrôle un des leurs qui touchent aussi???..Dans quel monde vivons-nous?...Et ils veulent adhérer à une politique d'austérité ?...MdR...si ce n'était si triste ...

  • mlaure13 le vendredi 3 mai 2013 à 23:58

    À quoi servent les frais de la «cassette du DGPN»? L'enquête réclamée par Manuel Valls a été confiée à l'Inspection générale de l'administration et à l' (IGPN). Les résultats sont attendus d'ici à «un mois». Ces policiers-là, savent sur quoi ils enquêtent. Les cadres de l'IGPN touchent depuis tjrs des «frais d'enquête et de surveillance», comme les policiers de la brigade financière qui ont découvert les factures de Claude Guéant qui font polémique.